LexCy(que)

Ceci dit cela



Cy Jung — LexCy(que) : Ceci dit cela

Ma phrase [*] : Ceci dit, je suis assez surprise par le nombre de variations de sens de « suspens » selon son usage et sa forme grammaticale.

Sur mon article du LexCy(que) « Suspens de suspense », Antidote me fait corriger « ceci dit », par « cela dit » au motif que « en ceci » constituerait une « impropriété ». Je ne sais pas pourquoi et ignore même ce qu’est exactement une « impropriété ». Je commence par là.

Une « impropriété » est « l’emploi impropre d’un mot », dit le Grand Robert, et renvoie à « barbarisme ». Il serait donc barbare d’écrire « ceci dit » ? L’expression est pourtant courante… mais ce n’est bien sûr pas un argument ! Le Grand Robert toujours indique « Dans certaines locutions, ceci est synonyme de cela et renvoie à ce qui précède. Ceci dit. Ceci posé. Ceci mis à part. Ceci soit dit en passant. » Il ne dit rien de « cela dit » alors que le Petit Robert, lui me propose la locution « Cela dit, le problème subsiste. » C’est le moins que l’on puisse dire…
Je reviens vers Antidote qui considère toujours que « ceci dit » est une impropriété alors que « cela dit » est un adverbe… Un détour par Grevisse s’impose.

Je découvre un paragraphe sur les « Les démonstratifs prochain et lointain » [§697] dont voici la définition : « Les démonstratifs prochains désignent normalement dans la réalité (fonction déictique) ce qui est proche du locuteur, et les démonstratifs lointains ce qui est éloigné. » Si je comprends bien l’exemple, « ceci » est ainsi un « démonstratif prochain » et « celle-ci » un « démonstratif lointain ». Cela me rappelle un cours d’anglais où je peinais à distinguer… Passons. Mieux vaut que je reste en français et que j’en revienne à mon « ceci dit ».
Un peu plus loin dans ce paragraphe du Grevisse, il est question de « -ci » qui « annonce ce qui suit », alors que les formes en « -là » « annoncent ce qui précède »… Dans ce contexte, il est en effet logique que l’on dise « cela dit », puisqu’il s’agit de faire explicitement référence à ce qui précède ; ce que disait d’ailleurs de Grand Robert et que je n’avais pas compris « (…) ceci est synonyme de cela et renvoie à ce qui précède »… ce que confirme Grevisse, considérant que cette règle n’a rien de rigide vu que « ceci dit » a largement supplanté « cela dit » car l’on considère que le ceci est si proche que l’on y est encore. Vous me suivez ?
J’espère ! J’en conclus que les deux sont possibles mais que le « cela dit » est plus « propre », qui n’est pas le contraire, dans ce contexte, antonyme d’ « impropre ». Misère !

Et ma phrase est devenue : Cela dit, je suis assez surprise par le nombre de variations de sens de « suspens » selon son usage et sa forme grammaticale.


--------------

[*Phrase extraite de « Suspens de supsense », LexCy(que), 8 janvier 2012.


Information publiée le lundi 23 janvier 2012.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.