LexCy(que)

Accord du participe passé suivi d’un infinitif



Cy Jung — LexCy(que) : Accord du participe passé suivi d'un infinitif

Ma phrase [*] : Je t’ai aimée découvrir Dieu, le partage d’un chocolat, ton désir des femmes, le toucher des étoffes, le pardon ; je t’ai aimée me regarder manger une coupe glacée chantilly dans les jardins de la tour Magne à Nîmes.

L’accord du participe passé est un véritable marronnier. J’ai déjà consacré un article aux verbes pronominaux (« Se jurer (que c’est difficile l’accord du participe passé !) ») et voudrais revoir aujourd’hui l’accord du participe passé quand il est suivi d’un infinitif. J’ai une fâcheuse tendance à ne pas accorder ce participe passé, considérant que l’infinitif joue un rôle de COD « supérieur » au complément d’objet réel du verbe. Je l’ai pourtant accordé dans mon exemple.
Alors ?

Alors le Grevisse y consacre un article [§951] et indique clairement que « Le participe passé conjugué avec avoir et suivi d’un infinitif (avec ou sans préposition) s’accorde avec le complément d’objet direct (…) qui précède quand l’être ou l’objet désignés par ce complément font l’action exprimée par l’infinitif. »
L’accord est donc préconisé, mais sous condition. Dans le cas qui m’occupe, est-ce que « t’ » « fait l’action exprimée par » respectivement « découvrir », et « regarder » ? Je n’aime pas ce genre de question ; en général, je m’y emmêle les neurones. Pour autant, il semble bien que « j’aime toi qui découvres Dieu » et « j’aime toi qui me regardes ». Dit ainsi, il me semble que l’accord doit bien se faire. Et il va se faire en effet, mais pour d’autre raisons…

En effet, la règle se complique très vite.
Si le verbe à l’infinitif a son propre complément d’objet direct, alors le participe passé est toujours variable car « le pronom objet direct ne peut être rapporté à l’infin. » ; je ne comprends pas bien au point que j’avais appliqué dans une première version de ce LexCy(que) la règle contraire. Merci à Hélène de sa lecture toujours vigilante.
Grevisse note également que si l’agent de l’infinitif est introduit par « par » ou pourrait l’être, pour le coup, le participe passé est invariable. Je n’ai pas d’exemple et vous renvoie à Grevisse. Vous en trouverez ici [§V.857] en même temps qu’un récapitulatif simple de ces règles.

Si tant est que l’on maîtrise ces règles de base, Grevisse nous indique que « l’usage est hésitant, et plus d’un auteur laisse le partic. passé invariable dans tous les cas ». Ne puis-je me contenter de cette hésitation ? Il me semble que chercher au moins si le COD est complément du verbe hors exceptions et cas particuliers reste un minimum à appliquer.
Pour ma phrase initiale, voici donc le résultat : Je t’ai aimée découvrir Dieu, le partage d’un chocolat, ton désir des femmes, le toucher des étoffes, le pardon ; je t’ai aimée me regarder manger une coupe glacée chantilly dans les jardins de la tour Magne à Nîmes.
Est-ce que j’aurais quelques part un exemple où l’accord ne doit pas se faire ? Je ne trouve pas, la fonction recherche étant inopérante sur quelque chose de cet ordre. Mais si je trouve ces jours-ci dans mes Feuillets, je tâcherai de penser à rajouter un exemple.

« Cas particulier » ?
Eh ! oui… En voici déjà deux. Maintenant qu’il existe, je compléterai cet article au fil de mes exemples.

* Faire : « Le participe fait suivi immédiatement d’un infinitif est invariable, parce qu’il fait corps avec l’infinitif et constitue avec lui une périphrase factitive. » C’est dit. On ne transige donc pas.
Exemple (toujours emprunté à Retour d’amour) : « C’est peut-être pour cela que je mesure combien je l’ai fait souffrir en la quittant, elle qui me donnait tout, sans compter, par seul souci de mon bien-être. »

* Laisser : L’invariabilité est également préconisée, pour des raisons identiques à celle de « faire ».
Exemple : « Et tu m’as laissé croire. »

J’aurai sans doute l’occasion de compléter cet article avec d’autres exemples et cas particuliers. Je vous dirai.


--------------

[*Phrase extraite de Retour d’amour, manuscrit, V3, juin 2010.


Information publiée le vendredi 23 mars 2012.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.