LexCy(que)

Inter-, trans-, bi- et multi-



Cy Jung — LexCy(que) : Inter-, trans-, bi- et multi-

Texto d’Emmanuel : « Inter- ou trans-générationnel ? »

Face à cette question, je me gratte d’abord la tête tant je sens la différence sans être fichue de l’énoncer.
Je me tourne donc d’emblée vers le Grand Robert en ligne (que j’ai définitivement adopté) afin de fixer le sens de ces deux préfixes. « Inter : (…) sert à former de nombreux composés, en exprimant soit l’espacement, la répartition (dans l’espace et dans le temps), soit une relation, un lien de réciprocité… (…) » « Trans : (…) a en français le sens de « au-delà de » (transalpin), « à travers » (transpercer), et qui marque le passage ou le changement (ex. : transition, transformation). »
Dit ainsi, cela paraît très simple. Si l’on confronte cela aux définitions que donne Antidote, cela se complique un peu. Dans la première définition de « intergénérationnel » (« qui concerne les relations entre les générations »), on voit bien la différence avec « transgénérationnel » (« qui transcende les générations, passe d’une génération à l’autre. »). Par contre, quand « intergénérationnel » signifie « qui concerne plusieurs générations, plusieurs groupes d’âge », on peut se demander si ce qui « concerne plusieurs générations » n’a pas justement « transcendé » celles-ci…

À bien y regarder, j’ai envie de conclure que le « inter » désigne plus un état de fait là où « trans » indique plus le mouvement, le « passage » comme le dit le Grand Robert. C’est subtil et il faudrait le confronter à l’usage pour fixer définitivement la nuance. Ce mot n’apparaît pas dans mes textes et Emmanuel ne m’a rien dit de l’usage qu’il comptait en faire. Il m’a par contre envoyé par mail une question « bis » sur l’usage de ces préfixes (et d’autres) avec « culturel » : « biculturel », « multiculturel », « interculturel », « transculturel ».
Qu’en dire ? Sans doute la même chose, d’un point de vue lexical s’entend, que je le pourrais sur « bisexuel », « multisexuel », « intersexuel », « transsexuel ». Le premier, « bi » indique un « composé » dit le Grand Robert, même si le « bisexuel » n’a pas deux sexes mais s’y intéresse alors que le « biculturel » lui, possède deux cultures (une sorte d’hermaphrodisme culturel, donc). Et le « multisexuel » ? Il faudrait un troisième sexe pour que l’adjectif existe ; ne désespérons pas ; cela viendra. Le « multiculturel », lui n’a pas ce problème, il possède bien plusieurs cultures.
Pour « intersexuel » et « transsexuel », on retrouve ce qui a été posé sur le « générationnel » ; et les choses sont très claires. « Intersexuel » est en effet un état, celui d’une personne qui est « entre les sexes », ni homme, ni femme, ni les deux, là où le (ou la) « transsexuel » passe d’un sexe à l’autre, autant que l’« interculturel » est entre deux cultures là où le « transculturel » passe de l’une à l’autre.

Et pour la construction sur « genre », cela donne quoi ? Je vous laisse faire…

Information publiée le lundi 12 novembre 2012.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.