Les plaisirs de Cy Jung

Commentaire incrédule — « En toi, j’ai mis tout mon amour »



Cy Jung — Commentaire incrédule — « En toi, j'ai mis tout mon amour (...)

Le 11 janvier 2013, Cy Jung a participé au Fêtez Dieu ! que David et Jonathan, mouvement homosexuel chrétien ouvert à toutes et à tous, organise les deuxièmes vendredis du mois à l’église Saint Merri (75004). Une lecture a été faite de Marc 9-11 et Cy Jung, sulfureuse mécréante, a fait le commentaire incrédule suivant…

L’Évangile selon saint Marc, 9-11

« 9 Or, à cette époque, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain.
« 10 Au moment où il sortait de l’eau, Jésus vit le ciel se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe.
« 11 Du ciel une voix se fit entendre : « C’est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis tout mon amour. »

Le commentaire de Cy Jung

Jésus. Nazareth. Baptiser. Jean… Saint Jean ? Le Ciel. L’Esprit, saint, également, je suppose. Le Jourdain. Une colombe. De l’eau. Le Ciel encore… Ces mots m’évoquent-ils quelque chose ?
« Du ciel une voix se fit entendre ». Molière ?
« C’est toi mon Fils bien-aimé ».Titus Andronicus ?
« En toi, j’ai mis tout mon amour. » Marc, 9-11.
« En toi » ; « Tout mon amour »…
C’est donc de ça dont il s’agit dans ces Écritures, d’amour, et me voilà devant vous, avec ou sans Esprit Saint, ma colombe de baptisée au temple du Brassus en Suisse dans la main et cette histoire d’amour. J’y suis, là. Et j’entends. J’entends qu’en toi le Fils, en moi, en vous, en nous, une chose unique et commune façonne notre humanité : l’amour. Je t’aime, tu m’aimes, on sème… du verbe semer et en chacun un lien se tisse, une force, une éthique, une foi ?
Foin de foi pour moi, vous savez… Et pourtant, l’amour… Pas le désir. Pas l’attachement. L’amour. Ni grand A, ni grand L. Juste l’amour, celui qui est là, dans mon cœur, dans mon âme, ou dans les deux à la fois. À la foi… Pourquoi pas ?
Mais qui l’aurait mis là ? Je l’ignore. Moi, sans doute. Ou bien vous ? Un autre. L’Esprit Saint, peut-être. Pourquoi pas. Peu me chaut, en fait, de qui ou de quoi m’a donné cet amour. Ce qui m’importe, c’est qu’il y soit et qu’il soit à moi, que je puisse en prendre soin comme une essence, une sève qui me nourrit et m’apaise. Et je veux bien qu’il soit Dieu, cet amour, si Dieu, justement, est l’amour qui est en moi. Pas un autre, pas un être ou une entité qui vivrait loin, là-bas, avec les jambes qui pendent au bord du nuage et la barbe qui dispense bons et mauvais points au gré du vent. Non, l’amour, Dieu, ne peuvent être que ce que nous sommes.
J’ai tendance à penser plus qu’à croire, et à dire que c’est nous qui le façonnons, l’amour, et Dieu ; et si vous le voulez bon, soyez-le. S’il ne l’est pas, c’est que vous ne l’êtes pas. Dieu. L’amour. Pour moi, c’est la même chose. Dieu est l’amour qui est en moi, l’amour qui est en vous, en nous. L’amour, c’est un souffle. C’est une respiration. Une manière de se voir et de s’entendre. Un partage. Une envie de se parler, d’être. L’amour, c’est une joie au monde, aux autres et à soi. Dire. Entendre. Dieu. Aimer. Exister. N’est-ce pas la même chose ?
Quant au baptême de Jésus ?
Allez savoir…

Cy Jung®, 11 janvier 2013

Information publiée le mardi 15 janvier 2013.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.