LexCy(que)

Vagin, vulve et autres gourmandises



Cy Jung — Vagin, vulve et autres gourmandises

Ma phrase [*] : Lui — Il y en a plein des synonymes de vagin ; chatte, minou, moule…
Moi — Eh bien ! non, ce sont des synonymes de vulve ou pubis, et ni l’un ni l’autre ne sont le vagin.

Lors d’une Bi’causerie dont j’étais l’invitée (ici), j’ai été amenée à évoquer le sexisme de la langue française et la difficulté d’écrire le désir lesbien dans ces conditions. Il y a la structure de la langue, d’abord, la grammaire et le vocabulaire, aussi. J’y avais consacré une conférence, à l’Institut français de Clug en Roumanie en 2002 () : « En matière anatomique par exemple, Le Robert nous propose douze synonymes immédiats de pénis là où il ne nous en propose que quatre pour vulve, sept pour testicule, aucun pour clitoris. » Cette rencontre de septembre dernier et une question que j’avais suggérée à Isabelle pour le jeu de piste () m’amènent à faire cet article du LexCy(que) afin de poser quelques mots de vocabulaire.

Je confirme donc ici que le vagin ne fait pas partie de la vulve, celle-ci étant constituée de « l’ensemble des organes génitaux externes de la femme » [Antidote, Le Grand Robert] soit des grandes et petites lèvres, et du clitoris. Quant au « pubis », il s’agit simplement de la « Région triangulaire médiane du bas-ventre, se couvrant de poils à la puberté » [Antidote]. Si vous avez besoin de schémas, je vous recommande ceux publiés dans Notre corps, nous-mêmes et que j’ai reproduits ici.
La vulve a donc des synonymes, « con » étant le plus usuel même s’il a changé de sens et sert aujourd’hui à désigner essentiellement des « couillons ». On trouve également dans le Grand Robert « chatte » et « moule ». Antidote, lui, propose une petite série de termes « très familiers » sans oublier néanmoins d’évoquer les « nymphes » (toujours pluriel) qui sont en fait les petites lèvres de la vulve.
Cy Jung — Mathlde, je l'ai rencontrée dans un trainPour exemple : « Elle patouille mes nymphes, comme pour vérifier leur état d’excitation. » (Mathilde, je l’ai rencontrée dans un train, 2003, p. 89.)
Si l’on va voir un dictionnaire d’argot, les termes ne vont pas manquer, toujours pour vulve. Je vous laisse aller y regarder. J’en reviens au vagin, objet principal de ma conversation.

Je ne trouve aucun synonyme dans Antidote (« fente », peut-être ?), dans le Grand Robert non plus. Le TLF, le XMLittré et le reste de mes ressources en ligne sont tout aussi muets. Je n’ai plus qu’une solution : aller éplucher les dictionnaires à la bibliothèque Marguerite Yourcenar. Ils vont être contents, les dictionnaires de s’ouvrir à l’endroit du vagin ! Ce ne doit pas être si usuel… Un bibliothécaire m’a justement montré le mode de classement. Hardi !
Je me reporte d’emblée à plusieurs dictionnaires analogiques qui ne disent rien puis vais jeter un œil au Dictionnaire culturel. Je n’y trouve aucun synonyme mais cette délicieuse citation de Bourdieu extraite de la Domination masculine [**] que je ne peux manquer de reprendre dans cet article :

« La représentation du vagin comme phallus inversé, que Marie-Christine Pouchelle découvre dans les écrits d’un chirurgien du Moyen âge, obéit aux mêmes oppositions fondamentales entre le positif et le négatif, l’endroit et l’envers, qui s’imposent dès que le principe masculin est posé en mesure de toute chose. Sachant ainsi que l’homme et la femme sont perçus comme deux variantes, supérieure et inférieure, de la même physiologie, on comprend que, jusqu’à la Renaissance, on ne dispose pas de terme anatomique pour décrire le sexe de la femme que l’on représente comme composé des mêmes organes que celui de l’homme, mais organisés autrement. »

Voilà qui est dit. L’absence de mots pour désigner le sexe des femmes est l’expression du sexisme, système d’oppression qui fonde notre ordre social. Il ne me semble guère nécessaire d’aller plus loin… sauf à vous citer, pour cette fois, une liste de synonymes de « vagin » qui vous dira le reste sur la manière dont notre « conduit qui s’étend de l’utérus à la vulve » [Dictionnaire culturel] est considéré. Je les emprunte au Larousse, Argot & français populaire : « Anneau, baba, bazar, boîte à ouvrage et à nœud, cheminée, con(n)asse, salle des fêtes, terminus, tirelire, trou gras ou trou qui pisse, turlu. »
Ça donne envie d’en jouir, non ?


--------------

[*Échange oral avec un participant à la Bi’causerie du 9 septembre 2013, ici.

[**Pierre Bourdieu, La domination masculine, chap.1, p. 29, cité par Alain Rey, Dictionnaire culturel de la langue française, Robert. Sur la domination masculine, on peut aussi lire l’article de Pierre Bourdieu publié dans Le Monde diplomatique d’août 1988, ici.


Information publiée le vendredi 15 novembre 2013.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.