LexCy(que)

Il y en a qui



Cy Jung — LexCy(que) : Il y en a qui

Ma phrase [*] : Parmi les clichés autour des homosexuels, surtout les garçons, il y en a qui touche la musique.

Isabelle, à l’occasion de sa relecture de mon billet avant mise en ligne, me signale que le sujet du verbe « toucher » serait « cliché » au pluriel, et qu’il doit donc être à la troisième personne du pluriel, et non du singulier. Pourtant, Antidote ne m’a rien signalé et quand je mets « toucher » au pluriel, cela ne le contrarie pas plus… la question mérite d’être creusée.

Je sais déjà qu’il faut se méfier de « en » que l’on prend souvent pour ce qu’il n’est pas. Il semble ici bien désigner « les clichés » et le pronom relatif « qui » à suivre, sujet réel de « toucher » semble également s’y rapporter. La « chaîne logique » voudrait donc que « qui » se rapporte à « en » qui se rapporte à « cliché », donc pluriel. Mais si Antidote accepte les deux (pluriel et singulier), c’est peut-être plus compliqué qu’il n’y paraît.
Je trouve rapidement une règle dans la grammaire d’Antidote :

«  Quand l’antécédent de qui est le pronom en, le verbe de la relative se conjugue généralement à la 3e personne du pluriel ; le nombre du verbe dépend en fait de ce que en représente, or, dans la majorité des cas, en représente plusieurs éléments.(…)
« Il y en [= des pommes] a qui ne mûriront que dans quelques semaines.  »

Le pluriel ne ferait donc pas de doute. Alors, pourquoi accepte-t-il également le singulier ? Par défaut d’analyse de la phrase ? Pour simplifier la phrase, je retire mon apposition « surtout les garçons » ; cela ne change rien. Je regarde un peu sur le Net et remarque que si je mettais un verbe dont on entend le pluriel, celui-ci ne ferait pas de doute (« il y en a qui ont… »).

Je laisse Antidote à ses facéties. Elles ne sont pas si rares et, si cet outil fonctionne très bien, il ne faut jamais oublier qu’il réclame de la part de son utilisateur réflexion et bonne connaissance de la grammaire.
Ma phrase ainsi devient : « Parmi les clichés autour des homosexuels, surtout les garçons, il y en a qui touchent la musique. »

Note : Suite à un échange de commentaires avec Pascale et Isabelle sur ma page Facebook, je précise que ma phrase aurait pu être « Parmi les clichés autour des homosexuels, surtout les garçons, il y en a un qui touche la musique. » Dans ce cas, « un » serait le sujet de « touche » qui est donc au singulier. Ce pronom infléchit d’ailleurs le sens de ma phrase en indiquant qu’il y a un (et un seul) cliché qui «  touche la musique ». Comme ce n’est pas le cas, je préfère garder mon pluriel initial même si je ne développe ensuite qu’un seul de ces clichés.
J’espère cete fois avoir été complète, mais un addenda est si vite arrivé ! Merci encore à Pascale et Isabelle pour leurs relectures.


--------------

[*Phrase extraite de « Lesbienne @11 », billet de la Vie en Hétéronomie du 22 mars 2014.


Information publiée le lundi 21 avril 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.