Jeux textuels, ateliers et performances

Atelier d’écriture — Une rencontre, sinon rien !



Cy Jung — Atelier d'écriture — Une rencontre, sinon rien !

Nancy, samedi 26 avril 2014, 14 heures.

Cy Jung — Atelier d'écriture — Une rencontre, sinon rien !Honneur aux dames, association lorraine pour lesbiennes et sympathisantes, a invité Cy Jung à animer un atelier d’écriture sur le thème de la rencontre. Cinq femmes étaient présentes ; elles ont été particulièrement studieuses et appliquées, donnant à cet atelier une délicieuse touche de réflexion sur l’écriture et son usage lesbien.
Après avoir écrit leur texte en suivant les consignes de Cy Jung, chacun a pu le lire, permettant ainsi à Cy Jung de partager son savoir-écrire. Un gâteau au chocolat et un thé ont scellé cette très agréable après-midi.
Cy Jung remercie très chaleureusement Honneur aux dames pour son invitation et la gentillesse de son accueil. Elle remercie également les participantes qui se sont volontiers prêtées au jeu dans une ambiance chaleureuse, et Isabelle pour son aide et sa présence.

Vous trouverez ci-dessous :
* La présentation de l’atelier.
* Son déroulement.
* Les textes écrits par les participantes.
* Un texte écrit par Cy Jung dans le confort de son bureau.
* Bonus : les ingrédients non utilisés.

Présentation de l’atelier.

Cy Jung aime vous inviter à l’écriture. Cela tombe bien, Honneur aux dames a eu envie d’inviter Cy Jung pour une rencontre autour d’un atelier d’écriture le samedi 26 avril 2014 à 13 heures 45. Une rencontre, donc : qui n’en rêve pas ou n’en a pas rêvé ?
Avec des ingrédients dont elle a le secret, Cy Jung vous propose d’écrire la rencontre dont vous avez toujours rêvé, celle qui était improbable, celle qui est pourtant survenue, celle qui… Ah ! L’amour. On y croit ! On y va ! Jusque dans l’écriture…

Cy Jung —Atelier d'écriture — Une rencontre, sinon rien !

Déroulement de l’atelier.

Nous allons vous distribuer quatre petits papiers. Sur le premier, vous allez indiquer un prénom. Vous le placez dans la corbeille. Sur le second, vous indiquez un vêtement (de préférence quelque chose qui se porte plutôt dessus que dessous). Vous le placez dans la corbeille. Sur le troisième, vous inscrivez un âge supérieur à 18 ans. Vous le placez dans la corbeille. Sur le dernier, vous indiquer un lieu. Vous le placez dans la corbeille.
Un papier est tiré au sort dans chaque corbeille.
Vous allez écrire l’histoire (au présent, à la première personne et sans adverbes) de votre rencontre avec xxx. Vous connaissez son prénom, son âge, un de ses vêtements et le lieu de la rencontre. Je vous propose la première phrase de votre récit :
« — Bonjour, c’est vous qui donnez des bébés chats ? »
La réponse, bien sûr, peut-être oui ou non… Vous trouvez la dame jolie.
Amusez-vous !

Les textes écrits par les participantes.

Tout d’abord, voici les ingrédients :

Prénom : Éléonore
Vêtement : Un chapeau de paille avec un ruban bleu
Âge : 45 ans
Lieu de l’action : C’est un foyer d’étudiantes catholiques à Nancy appelé L’Assomption.
Petit rappel Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droits ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur. Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

— Bonjour, c’est vous qui donnez les bébés chats ?
Elle est accoudée à la fenêtre de ce vieil édifice, les cheveux défaits, vêtue d’une simple nuisette.
Oui, c’est moi, je ne pensais pas que vous arriveriez si tôt.
Désolée, je ne savais pas. J’ai une longue route à faire cet après-midi. J’ai préféré passer ce matin.
Rien de grave, montez, c’est au deuxième étage.
Je pousse la porte du foyer d’étudiantes d’un calme inhabituel. C’est le début des vacances, les étudiantes ont quitté les lieux.
Arrivée au deuxième étage, mon interlocutrice m’attend sur le palier.
Je me présente, Éléonore Donnerieu. Je suis l’intendante de ce foyer et propriétaire de cinq bébés chats. Ce sont eux qui vous intéressent ?
Éléonore est magnifique, les cheveux défaits, nue sous sa nuisette transparente, insolente de beauté.
Oui, ce sont vos bébés chats qui m’intéressent, pas tous, un seul me suffira.
Suivez-moi dans la chambre, c’est là qu’ils ont élu domicile.
Je la suis dans le couloir, ses pieds nus font craquer le parquet à chacun de ses pas. Je ne peux détourner mon regard de sa silhouette, nue et légère.
— Les voilà, ils n’ont que quelques semaines et attendent un maître ou une maîtresse qui voudra bien s’occuper d’eux.

Nathalie.

— Bonjour, c’est vous qui donnez les bébés chats ?
Elle me regarde un peu étonnée. Elle me fait entrer dans le grand couloir de ce foyer d’étudiantes catholique de Nancy. Ma fenêtre de cuisine donne sur le jardin du foyer. Je l’y observe souvent lorsqu’elle y travaille, me laisse aller au doux vertige du désir pour elle.
Je la suis, je regarde son dos et ses hanches, sa nuque dégagée, la frontière entre sa peau et ses cheveux qu’elle a relevés aujourd’hui et coiffés d’un chapeau de paille orné d’un ruban bleu.
Comme si elle sentait mon regard brûlant se poser sur elle, elle se retourne étonnée, me regarde intriguée puis me tend la main et dit « Éléonore ». Je bredouille mon prénom et prends sa main, troublée. J’aime cette main, longue, soignée, les ongles courts, la peau si douce. Tandis que je garde sa main dans la mienne, elle me sourit et dit « Vous êtes vraiment venue pour les chatons ? »
Prise de court, percevant l’intensité de cet instant, je m’approche et saisit son visage entre mes mains.

Brigitte.

— Bonjour, c’est vous qui donnez les bébés chats ?
— Vous devez vous tromper d’adresse. Ici, il n’y a pas de bébés chats.
Elle s’interrompt. Son regard plonge dans le mien. Elle doit avoir dans les 45 ans. Je ne sais pas où je suis tombée, mais l’endroit semble être une institution. Elle porte un badge.
« Éléonore Marechalle
« L’Assomption »
Une jeune fille passe, coiffée d’un chapeau de paille à ruban bleu. Je comprends que je dois être tombée dans un foyer d’étudiantes.
Heureux hasard ? J’ai fait une croix depuis longtemps sur les jeunes filles. J’ai à peu près l’âge d’Éléonore. Ou plutôt, les jeunes filles ne me regardent plus. Ce qui n’est pas le cas de nom interlocutrice. Je semble l’intéresser. Ses lèvres minces semblent vouloir me dire quelque chose. Je suis déjà partie ailleurs. Il a suffi d’un regard un peu insistant. Je le ressens comme une invitation. Je dois absolument trouver un prétexte pour la revoir.

Valérie.

— Bonjour, c’est vous qui donnez les bébés chats ?
Je suis là, devant le foyer d’étudiantes catholique de Nancy. Je sonne au portail et dis LA phrase, celle qui sert de laissez-passer à la nuit « des chapeaux de paille au ruban bleu ». Il est 23 heures. J’attends avec impatience que le portail s’ouvre.
Enfin, la musique du carillon se fait entendre et donne le signal pour passer le portail.
J’entre.
Je suis le parcours des bougies alignées dans le long couloir : direction le réfectoire.
Depuis le portail, un léger grondement se faisait entendre. Je m’avance, le son s’amplifie. Mon cœur en fait de même. Je m’arrête devant la porte du réfectoire. Je tente de me calmer, mais je sens mes seins qui montent et descendent dans mon bustier. Franchement, tout cela est-il bien raisonnable ? J’ai saisi la boule, la tourne et ouvre la porte. Je n’y vois guère. Seules les bougies placées dans des coquilles Saint-Jacques servent d’éclairages. La musique inviterait n’importe qui à se déhancher, encore faut-il oser le faire sans savoir où l’on met ses pieds. Peu à peu, mes yeux s’accommodent des lumières qui vacillent. Je découvre autour de moi mes partenaires de danse et les observe. Toutes portent un chapeau de paille à ruban bleu. Chacune s’en est servi pour attirer l’attention sur une partie de son corps. Je suis scotchée. Je m’arrête net. L’une d’entre elles s’en sert de cache-sexe. Et sur son bas-ventre : «  Éléonore 45 ».

Rachel.

— Bonjour, c’est vous qui donnez les bébés chats ?
Mon cœur s’emballe, mes sens s’éveillent... Elle est là devant moi... La femme de mes rêves... Je la découvre belle, sensuelle... Je la devine romantique, passionnée... Un brin fantasque...
Mon regard troublé s’attarde sur la naissance de ses seins que je devine généreux et sur son regard de myope voilé par son chapeau de paille à ruban bleu.
Bonjour, mes bébés chats sont tous partis, car ils magnifiques et doux... Comme vous... Je vous aime déjà... Cela s’appelle un coup de foudre n’est-ce pas ? Ne soyez pas effarouchée, ne dites pas non tout de suite, suivez-moi dans le salon de ce foyer, nous y serons plus tranquilles pour nous découvrir.
Pardonnez-moi, je suis trop émue, je ne vous ai pas demandé votre prénom que je devine charmant et distingué.
Je m’appelle Éléonore... Vous me troublez. Jamais une femme n’a posé un tel regard sur moi et j’aime ça.
Je me sens moite, mes jambes se dérobent, un désir trouble et inconnu m’envahit.

Nathalie.

Cy Jung — Atelier d'écriture — Une rencontre, sinon rien !

Le texte de Cy Jung.

— Bonjour, c’est vous qui donnez les bébés chats ?
— Les quoi ?
— Les bébés chats.
— Mais qui appelez-vous ?
— J’ai vu une annonce sur Internet, une femme, Éléonore, avec votre numéro, le 03 93 45… Elle donnait deux chatons.
— C’est une plaisanterie ! Vous êtes dans un pensionnat catholique et nous n’avons pas d’Éléonore dans le personnel ni d’animaux dans notre enceinte.
— Une élève, peut-être… Il est dit aussi que la personne porte un chapeau à ruban bleu.
— Nos élèves, en effet. C’est bien étrange, cette histoire. Pouvez-vous me dire où est parue cette annonce, que je fasse publier un démenti avant que nous soyons envahis par les appels.
— C’était sur adoptezungrosminou.com.
— Très bien, merci. Bonne journée à vous !
— Bonne journée, je…
— Oui ?
— Je cherche aussi du travail. N’importe quoi, j’ai vraiment besoin de…
— Et puis quoi encore !
— Je… Allô… allô…
— …

Cy Jung, 11 mai 2014.

Bonus.

Si vous souhaitez vous amuser à l’écriture, voici les ingrédients qui n’ont pas été utilisés.

Prénoms : Emma, Geneviève, Nathalie, Françoise. Vêtements : Des bottes noires mi-jambe, C’est une robe de chambre grenat sur une chemise de nuit rose en polyester, Chaussettes à rayures, Nuisette. Âges : 18 ans, 25 ans, 34 ans, 39 ans. Lieux de l’action  : Château, Marrakech, Salle de biologie, Wagon couchette.

Vous pouvez retrouver tous les ateliers animés par Cy Jung, ici. Et si vous souhaitez en organisez un, contactez-la, .

Petit rappel Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droits ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur. Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

Information publiée le mercredi 14 mai 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.