LexCy(que)

Adjectifs de couleur



Cy Jung — Cy Jung — LexCy(que) : Adjectifs de couleur

Ma phrase [*] : Marcelline se concentra du plus qu’elle le pouvait. Elle revit aussitôt ce désert, ces roches noire et rouge et Laure, là, qui lui disait de vivre et d’être heureuse.

* Accords des adjectifs de couleur (2 mai 2009).
* Errata (31 juillet 2009) : Coquille dans Camellia rose

Note : On trouvera quelques mots supplémentaires de Pascale sur les adjectifs de couleur dans l’article consacré à « Arrière ».

Cy Jung — Camellia roseÀ la relecture pour corrections, Isabelle me signale mes adjectifs de couleur. Je me souviens avoir regardé les règles d’accord lors du passage du correcteur d’Antidote mais quelques semaines ont suffi pour que j’oublie les règles.
Je profite donc de ce LexCy(que) pour les poser par écrit et remarquer que j’avais créé cette rubrique pour faire partager le quotidien de mon travail et, qu’en fin de compte, je m’en sers comme pense-bête.

La règle de départ est qu’un adjectif de couleur s’accorde comme n’importe quel adjectif (« une souris verte » ; « des joues rouges »). C’est au niveau des exceptions que cela se corse.
Les adjectifs de couleur dérivés d’un nom sont invariables. Antidote prend l’exemple de « citron ». Mais si je vais voir « rose » (qui est une fleur), l’adjectif de couleur est variable. À bien lire les définitions des adjectifs « rose » et « citron », je comprends que cette invariabilité ne s’applique qu’aux adjectifs dont la définition est « qui a la couleur de… », considérant, ici, qu’une rose n’est effectivement pas toujours rose et que le rose est donc une couleur avant d’être la couleur de certaines roses.
Sont également invariables les adjectifs de couleur composés type « bleu-vert », ceux avec un adjectif ou nom apposé type « jaune foncé », ceux disposant d’un complément (« jaune d’or ») et ceux formés avec « couleur (de) » (« une couleur (de) cerise »).
Arrive enfin le cas des adjectifs dits « coordonnés » car reliés par la conjonction « et », « des roches noir et rouge » : si l’on considère que « noir et rouge » sont contenus ensemble dans chaque roche, alors ils restent invariables ; si par contre il y a des « roches rouges » et des « roches noires », alors les « roches noires et rouges » s’accordent en genre et en nombre.

Mon accord était donc juste* et maintenant que la règle est posée, j’espère m’en souvenir.

Errata (31 juillet 2009) : Coquille dans Camellia rose
Après avoir relu quatre ou cinq fois mon manuscrit, revu la règle pour l’intégrer à ce LexCy(que), écrit cet article, l’avoir relu et passé au correcteur, je l’ai mis en ligne et là… Patatras. Hélène, toujours aussi perspicace, m’écrit : « Tu dis que les adjectifs de ta phrase doivent rester invariables. Dès lors, ne devrais-tu pas écrire "roches noir et rouge" au lieu de "noire et rouge" ?  »
Mais bien sûr que si ! Je me suis concentrée sur le pluriel sans me soucier du féminin, comme si l’invariabilité ne pouvait exister qu’en nombre. Mon accord était donc faux et la faute restera, le manuscrit de Camellia rose étant sous presse.
Ma phrase aurait donc dû devenir : Marcelline se concentra du plus qu’elle le pouvait. Elle revit aussitôt ce désert, ces roches noir et rouge et Laure, là, qui lui disait de vivre et d’être heureuse.


--------------

[*Phrase extraite de Camellia rose, manuscrit, version 4, mars 2009.


Information publiée le vendredi 31 juillet 2009.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.