LexCy(que)

Je soussignée ci-joint



Cy Jung — LexCy(que) : Soussigné(e)(s)

Texto de Sarah : « Je soussigné, j’accorde ? »

Je suis comme Sarah, je me pose toujours la question quand je dois utiliser cette formule qui donne (entre autres) sa valeur juridique à un écrit. Je me tourne donc vers Antidote qui ne fait pas de difficultés pour accorder, que j’entoure ou non de virgules (bien qu’il préfère que je n’en mette pas). Son argument est simple : « Soussignée et Je doivent être du même genre et du même nombre. » ; car « L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le mot qu’il qualifie. »
Je réponds donc à Sarah qu’elle accorde mais décide de me pencher sur la question. Si nous sommes deux à nous être posé la question, n’y a-t-il pas un piège ?

Grevisse confirme l’accord [§358 a 4e] et renvoie à [§924 H1] pour indiquer que la « syntaxe archaïque Je sousigné s’explique par la construction pronominale qu’a eue soussigner au XVIe et XVIIe siècle. » Je vais voir ce qu’en dit le Grand Robert qui indique « soussigné » uniquement en adjectif et nom, indiquant que le verbe « sous-signer » (trait d’union que l’on retrouve dans Grevisse [§660 R3] mais pas ailleurs) était « jusqu’au XVIIe ». Il confirme l’accord et ne dit rien de l’origine de la formule. Le TLF confirme également, le XMLLittré aussi, et où que je regarde, « soussigné » et le nom ou pronom qu’il qualifie s’accordent en genre et en nombre.
Je remarque enfin que dans les constructions « le soussigné », « la soussignée », « les soussignés », « soussigné » est un nom qui s’accorde en genre et en nombre avec le pronom.

Voilà donc un article pour dire qu’il n’y a aucun problème d’accord. J’ignore toujours pourquoi je me pose la question mais au moins, la règle est simple. Une fois n’est pas coutume !

Erratum.

J’avais parlé de la question de Sarah à Pascale en lui indiquant que je me demandais si notre erreur ne venait d’une association d’usage entre « soussigné » et « ci-joint », deux expressions chères aux courriers administratifs. Je sais que le second pose plus de problèmes que le premier.
Voici les explications de Pascale.

Comme tu le sais, « Je, soussigné/e, » signifie « Moi qui signe à la fin de cette missive, dénommé/e X ». « Soussigné » est ici un adjectif, il s’accorde donc forcément avec le genre et le nombre de ce à quoi il se rapporte (ici, « je », mais on peut aussi trouver « nous, soussignés », ou encore, « nous, soussignée » — dans le cas du nous de modestie).
C’est la même chose lorsque tu dis « La chose susdite / susmentionnée… ». Tu imagines bien que ça ferait très bizarre d’écrire « La chose susdit ».

Pour « ci-joint », c’est un peu différent : ça dépend si « ci-joint » est avant un nom ou après. C’est dans ce second cas de figure qu’il s’accorde (« La lettre ci-jointe » ou « Veuillez trouver ci-joint la lettre… ») Mais en fait, même si tu l’accordes dans les deux cas, ce n’est plus considéré comme une « fôte ».
Grammaticalement, cela s’explique facilement. « Ci-joint » s’accorde lorsqu’il est adjectif (il qualifie donc un nom et s’accorde en genre et en nombre avec ce nom) ; il ne s’accorde pas lorsqu’il est adverbe (par définition, les adverbes sont invariables parce qu’ils modifient le verbe d’où leur appellation – et non le nom).

Merci Pascale ! Voici un article court qui a pris du poids. Je n’avais jamais imaginé que dans « Veuillez trouver ci-joint la lettre… », « ci-joint » était adverbe et modifiait le verbe mais après réflexion, c’est évident !

Information publiée le mercredi 26 novembre 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.