LexCy(que)

Plus (que) / (Ne) plus



Cy Jung — LexCy(que) : Plus (que) / (Ne) plus

Ma phrase [*] : On sera cinq chez Anne, plus Dali.

Isabelle est en Espagne. Nous discutions par wifi interposé. Ma tablette autant que son terminal de poche (« Smartphone », en anglais, JO du 27 décembre 2009) nous font faire des phrases parfois mal rédigées, dont celle-ci. Isabelle comprend que Dali sera là « en plus » alors que je souhaitais dire qu’elle « n’ » y sera « plus » alors qu’elle devait y être. Isabelle me suggère aussitôt de faire un article du LexCy(que) sur « plus » qui a deux sens tout à fait opposés. Pourquoi ? Comment les distinguer ?

Un petit tour chez Antidote m’indique d’emblée que les deux sont adverbe, mais l’un négatif, l’autre comparatif. Jusque-là, je comprends. En règle générale, le « plus » adverbe négatif s’emploie avec « ne », ce qui permet de le comprendre aussitôt. Mais, en langage familier, on omet le « ne » ; d’où l’erreur possible d’interprétation. Quant à l’adverbe de comparaison, il induit un « que » qui est souvent omis, même à l’écrit. « J’en veux plus (que ce que je n’ai déjà) ».
À l’oral, c’est presque plus simple. On dira « Je (ne) t’aime plu-u. » (sans prononcer le « s »), mais « Je t’aime plussss. » en le prononçant donc (pardonnez-moi de ne pas utiliser l’alphabet phonétique ; je ne le connais pas). Le péril de la méprise est considérable ! Attention donc à bien mettre les premiers termes de négation et les accents phoniques.
Ceci étant, comment se fait-il que ces deux adverbes se soient construits sur deux sens contraires ? Je vais un tour à la Médiathèque voir ce qu’en dit le Grevisse. Je trouve beaucoup de choses détaillant les usages de l’un et l’autre mais rien ne répond à ma question. J’apprends juste [§204] qu’ils sont homographes, soit homonymes, « avec la même forme écrite ». Et d’une certaine manière « antonyme » qui ne semble pas tout à fait signifier « contraire », comme je le pensais.

J’envoie ce début d’article à Pascale. À quelle sauce va-t-elle manger ma question que je subodore un peu tirée par la culotte (ça change des cheveux) ?

La réponse de Pascale

D’abord, une première remarque. Ta phrase n’est ambiguë que dans ta tête. [Ouh là là ! Pauvre de ma tête ! NdCy] Sous cette formulation, difficile de l’interpréter négativement, même en français oral (sauf à y mettre une intonation spécifique ou grâce au contexte). D’où Isabelle, ainsi que moi-même, ne pouvons la comprendre que positivement.
Que tu zappes la négation pour faire style oral est une chose, mais là, tu zappes et la négation et la connexion logique. En fait, il faudrait au moins écrire « On sera cinq, mais plus Dali. » ou alors, « On sera cinq moins Dali. » Mais de toute façon, au final, je me demande toujours si « on sera quatre ou cinq ». [Et moi qui croyais que la virgule pouvait faire office de lien logique, perdu ! NdCy]
Dans tous les cas, vu comme tu as bigorné ta phrase [« Bigorné » ? « Abîmer, endommager en tordant » dit Antidote, j’apprends ! NdCy], seul le contexte peut éclairer. Certainement pas une quelconque grammaire, quelle que soit l’explication.
À part ça, je ne vois pas quoi te dire de plussss !

Il me semble bien que j’ai eu l’explication dans une vie antérieure de cette ambiguïté, mais j’ai décidément un trou dans la cervelle que je ne parviens toujours pas à boucher [Ah ! y a donc pas que moi ; ouf ! NdCy] Je pense qu’il s’agit de l’évolution au fil du temps du latin au français moderne en passant par l’ancien français qui fout la merde [Oh ! la Cocotte est choquée, NdCy], mais il faut que je creuse.
Je continue d’y réfléchir, et, si une lumière surgit, je ne manquerai pas de t’en faire part ! [Chouette ! NdCy]

La réponse de Cy Jung

Merci Pascale ! Creuse, creuse et qu’un amour toujours plusss pur abreuve nos sillons !


--------------

[*Conversation privée par l’appli « Message » avec Isabelle, novembre 2014.


Information publiée le mercredi 24 décembre 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.