Abécédaire lesbien (1999)

Parce qu’elle est notre identité autant que notre liberté, que vive la culture lesbienne !

C… coup



Cy Jung — Abécédaire lesbien : C… coup

Lors de ces soirées impérissables où de vieilles copines échangent des informations aussi juteuses que précieuses sur les exploits sexuels des unes et des autres, la question de savoir si telle ou telle est ou non un « bon coup » est fréquemment abordée sans que les participantes à ces discussions ne définissent réellement les fondements sur lesquels elles portent ce jugement.
Le sujet ne mérite pas que l’on s’y intéresse du point de vue de ce que l’on nomme vulgairement les « techniques d’attouchement » : les vieilles copines savent que — en dehors de cas très particuliers dont aucune n’a eu le loisir de vérifier la véracité — la qualité des caresses sexuelles tient plus d’une alchimie érotique ponctuelle que d’une dextérité scientifiquement prouvée.
Par contre, la notion de « bon coup » renvoie à celle d’échange : autrement dit, les vieilles copines qualifient-elles ainsi une partenaire qui jouit à la hauteur de ce qu’elles prétendent la faire jouir ou une partenaire qui leur donne à jouir dans des termes que d’autres, avant elle, n’avaient pu atteindre ? On l’aura compris, l’échelle de la jouissance n’est pas en cause et ce d’autant moins que nos cris, nos larmes, nos spasmes et nos bouffées de cyprine n’ont rien à voir avec la force — voire l’effectivité — de notre plaisir.
C’est donc bien le rapport de chacune à la jouissance qui fonde la notion de « bon coup » : il y aurait ainsi d’un côté les « bons coups jouisseurs » qui s’opposeraient aux « bons coups jouissifs » étant entendu que ces deux qualités peuvent se cumuler. Il semble que, dans ce cas, l’usage veuille que l’on parle de « super-coup ».
Les esprits malins remarqueront que l’antagonisme entre les « bons coups jouisseurs » et les « bons coups jouissifs » n’est qu’apparent. En tant que « bons coups », ils ont en commun de signaler les partenaires qui comblent les attentes de notre libido. De là à dire que toute discussion sur ce thème ne vise en fait qu’à exprimer publiquement l’état de « femme comblée », il y a un pas que la réhabilitation des « pas-bons coups » impose. Que chacune se rassure donc : les vieilles copines qui se plaignent d’une amante et la dénigrent dans l’irrévérence la plus totale ne font pas autre chose qu’avouer à mots couverts leur propre incapacité à éprouver du plaisir. L’honneur des « pas-bons coups » est donc sauf, quoi qu’en diront désormais les vieilles copines en mal de bien-être orgasmique.

Cy Jung 1999®
Mise en ligne sur ce site le 12 octobre 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Petit rappel

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur.
Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

Retour à l'abécédaire




Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.