LexCy(que)

Doublons



Cy Jung — LexCy(que) : Doublons

Ma phrase [*]
 : L’amour, c’est pareil. J’ai envie qu’elle disparaisse, qu’elle s’évapore autant que j’ai envie de la prendre dans mes bras, la choyer, l’étreindre avec tendresse et faire l’amour aussi, avec fougue.
Je dois décider dans quel ordre il convient de faire les choses.
Je commence par mettre les pelures de pommes à la poubelle, débarrasser la table, la nettoyer, et faire la vaisselle. Quand elle sera morte, j’aurai d’autres chats à fouetter et c’est mieux si la cuisine est propre. Cela fait meilleure impression. À qui ? Je ne sais pas trop mais je sens que nous aurons de la visite, après.
Je vais la tuer. Elle se tait, d’un coup, comme si elle pressentait quelque chose. Elle me regarde faire puis s’en va regarder la série sur la Deux alors que je lui tourne le dos, une éponge dans la main droite, une assiette dans la gauche.

En une dizaine de lignes, je me retrouve avec quatre fois le verbe « faire », deux fois le verbe « regarder » et deux fois le nom « chose ». Je saisis l’occasion pour expliciter la manière dont je pratique la chasse aux doublons.

D’expérience, je sais que « faire l’amour » n’a pas de synonymes d’usage facile car soit emprunts à l’argot, soit emprunts au vocabulaire médical qui assimile l’acte sexuel au coït ce qui, dans le cas de deux lesbiennes, relève de la gageure.
Je vais donc attaquer ma chasse par tenter de remplacer « faire les choses » : j’enlèverais ainsi un « faire » et un « chose ». Sans trop chercher, je choisis « exécuter ces tâches », le verbe « exécuter » étant tout à fait approprié au contexte (il s’agit de « la tuer »).
Je supprime tout aussi facilement le « faire » de « faire la vaisselle » en le remplaçant par « laver », remarquant au passage que l’on a tendance à construire l’action sur « faire + nom » alors que souvent un verbe plus explicite existe. Les spécialistes de cette tâche ménagère me rétorqueront peut-être que lorsque l’on fait la vaisselle on ne fait pas que la laver, l’essuyer et la ranger pouvant être contenus dans l’action. Certes. Il sera donc dit, qu’en l’espèce, elle ne sera ni essuyée, ni rangée.
Supprimer le doublon sur « regarder » est plus complexe, ce verbe ayant pour synonymes des locutions construites avec « regard », ce qui ne m’arrange pas, ou des locutions ou des verbes qui spécifient la manière de regarder. Je pourrais remplacer « elle me regarde faire » par « elle braque les yeux sur moi », « elle me contemple », « elle me fixe », « elle me scrute », « elle m’observe », et bien d’autres. « Elle m’observe » serait le plus juste mais je trouve l’action plus volontaire que ce qu’elle est : « elle me regarde faire » me semble indiquer une position plus passive…
Je garde donc mon expression, ce d’autant que j’ai déjà éliminé deux fois le verbe « faire » ; l’occurrence est devenue acceptable et je m’attache à supprimer le second « regarder » en changeant d’action, la portant à « s’installer devant la série de la Deux » sans présager du fait qu’elle la regardera ou non.

Au final (mais cela pourra encore changer), ce passage devient : J’ai envie qu’elle disparaisse, qu’elle s’évapore autant que j’ai envie de la prendre dans mes bras, la choyer, l’étreindre avec tendresse et faire l’amour aussi, avec fougue.
Je dois décider dans quel ordre il convient d’exécuter ces tâches.
Je commence par mettre les pelures de pommes à la poubelle, débarrasser la table, la nettoyer, et laver la vaisselle. Quand elle sera morte, j’aurai d’autres chats à fouetter et c’est mieux si la cuisine est propre. Cela fait meilleure impression. À qui ? Je ne sais pas trop mais je sens que nous aurons de la visite, après.
Je vais la tuer. Elle se tait, d’un coup, comme si elle pressentait quelque chose. Elle me regarde faire puis s’en va s’installer devant la série de la Deux alors que je lui tourne le dos, une éponge dans la main droite, une assiette dans la gauche.

Addenda
En bas de ma page, je découvre la phrase suivante : Elle m’écoute en silence et, quand j’ai terminé mon développement, elle enchaîne sur autre chose.
J’ai de nouveau un « chose ».
Cela devient : (…) elle enchaîne sur un autre sujet.


--------------

[*Passage extrait de Je ne saurai jamais si elle était jolie, manuscrit (version 3), janvier 2009.


Information publiée le dimanche 22 mars 2009.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.