+7

Cy Jung, écrivaine — Communiqués

Présidentielles 2017. Porter l’espoir contre les renégats de la gauche parlementaire !



Cy Jung — Présidentielles 2017. Porter l'espoir contre les renégats de la (...)

Paris, le 23 février 2016.

Les élections régionales de décembre 2015 ont résonné comme un énième « choc » au vu des résultats du Front national, comme si, depuis que Le Pen (le père) a dépassé les 10 % aux élections européennes de 1984, le « choc » était si inattendu. Trente ans. Cela fait trente ans que, d’élection en élection, on assiste à la Résistible ascension d’Arturo Ui avec pour seules réponses le « vote républicain », la culpabilisation des électeurs frontistes et des appels à une union de la gauche sans contenu programmatique.
La classe politique se précipite au chevet du populisme pour mieux en occuper le lit en pointant des boucs émissaires forcément étrangers à eux-mêmes sans apporter de solutions à cette crise qui grève tout espoir d’un monde meilleur. Chômage, inégalités, désengagements publics, exclusion, discriminations, guerres et terrorisme. Nous savons tous les maux qui mènent aux sentiments d’insécurités et aux votes réactionnaires qui s’en ensuivent comme un appel au retour de la mythique douceur de vivre des Trente Glorieuses.
Nous savons et c’est l’immobilisme. Ce énième « choc » n’a servi à rien d’autre qu’à permettre au président de la République et à son gouvernement de se rapprocher un peu plus du mitan, bafouant la liberté dans l’état d’urgence, bafouant l’égalité dans la déchéance de nationalité et la réforme du Code du travail, bafouant la fraternité par un mépris toujours plus grand des électeurs qui les ont portés au pouvoir. « Chacun doit y réfléchir [à l’élimination du candidat socialiste au 1er tour de la présidentielle de 2017, NDCy], non pas pour essayer de trouver je ne sais quelle combinaison pour éviter cette éventualité, mais se dire, en responsabilité : qu’est-ce qu’on veut ? » (François Hollande, 19 février 2016.)
Eh bien ! Cy Jung peut le dire, ce qu’elle veut. Elle veut changer le monde, renouer avec l’idéal révolutionnaire de la gauche et elle ne fait plus aucune confiance au Parti socialiste et à sa cour de défroqués pour mener une politique de liberté et de progrès social. Elle considère que la montée du Front national, sa présence probable au 2e tour de l’élection présidentielle, sa victoire possible, sont de la responsabilité pleine et entière de la classe politique, Parti socialiste compris. Elle veut dénoncer la corruption, les affaires, les volte-face et autres petits arrangements entre amis qui n’ont cessé d’émailler la vie politique ces quatre dernières années et alimentent les votes protestataires comme l’abstention.
Emmanuelle Cosse, ex-secrétaire d’EELV, a déclaré le 6 janvier 2016 « (…) quand il y a une telle abstention et qu’un tiers des électeurs vote pour le Front national, c’est que nous sommes dans une crise démocratique profonde. » avant de renier ses engagements auprès de ses électeurs franciliens et des militants écologistes en intégrant le gouvernement de Manuel Valls. Pauvre Emmanuelle Cosse ! Mais surtout, pauvre de nous peuple écologiste de gauche ! Comment aujourd’hui pouvons-nous porter l’espoir dont le monde a besoin après tant de couleuvres avalées et de trahisons à nos engagements ? Il va bien le falloir, pourtant. La résistance au sabotage de la gauche, c’est maintenant.

Cy Jung, 23 février 2016®.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Contacter Cy Jung.



Communiqué précédent / Communiqué suivant
Retour à tous les communiqués


Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici




Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.