LexCy(que)

Licence en, de



Cy Jung — LexCy(que) : Licence en, de

Ma phrase (ou plutôt celle d’Isabelle) [*] : Je vous ai dit ma joie et ma fierté à réussir à obtenir ma licence de droit.

À l’occasion de ma relecture de ce billet d’Isabelle, je me demande si l’on dit licence « en droit » ou « de droit ».
Je précise d’emblée qu’il s’agit de « licence » au sens de « diplôme universitaire ». Quand il s’agit d’une liberté, « excessive », on va dire sans ambiguïté « licence des mœurs » et non « licence en mœurs » ; il en est de même si la licence ne l’est pas (excessive), ce qui donne « licence d’exploitation, « d’importation », « de logiciel », etc.
Je redécouvre à cette occasion la « licence littéraire », jolie expression qui désigne la « liberté linguistique que prend un poète, un écrivain ». J’en prends suffisamment pour espérer cette fois ne pas oublier l’expression !

J’ai emprunté ces définitions à Antidote qui, pour répondre à ma question sur la licence en tant que « diplôme universitaire » me propose « licence ès lettres » quand « lettres » est épithète, et, en construction avec un « complément nominal », « licence de lettres », « en droit », « de psychologie » et « en théologie ». Me voilà bien avancée !
Pour le « ès », c’est assez simple. Cela signifie « en matière de » et s’utilise toujours avec un pluriel. Le Grand Robert indique la construction comme vieillie pour désigner les doctorats et les licences. Il signale deux expressions, la première assez connue « Ès qualités : à cause d’un titre, d’une fonction particulière. », la seconde plus rare « Ès-mains de : à. Remettre qqch. ès-mains (ou ès mains) de qqn. »
Je remarque au passage que les noms de matière sont sans majuscule.
Et je poursuis ma quête.

Je fais un détour par mon université, qui me confirme que j’ai eu une « licence en droit » (c’était il y a fort longtemps). Elle propose également des licences « en sciences humaines ». Côté master, elle supprime tout déterminant ou préposition (« master sciences politiques et sociales ») ; cela règle la question. L’université d’Isabelle, elle, fait pareil dès la licence, et son diplôme avère qu’Isabelle a obtenu la « licence droit, sciences politiques et sociales mention droit ».
Côté dictionnaires, les uns et les autres regorgent d’exemples qui ne me permettent pas de dégager une règle, alternant les « de » et les « en » sans expliciter leur choix. Comment trancher ? Pour le droit, en tout cas, le « en » semble systématique même si ni Antidote ni Cordial ne considèrent « de » comme fautif.
Chacun fait ce qu’il veut ? Pour une licence qui serait de droit, c’est le moins que je puisse conclure !


--------------

[*Phrase extraite de « Bonheur @22 », La vie en Hétéronomie, 27 juillet 2015.


Information publiée le lundi 21 mars 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.