LexCy(que)

On, nous, vous (accord du participe passé)



Cy Jung — LexCy(que) : On, nous, vous (accord du participe passé)

Ma phrase (ou plus exactement celle de Petit Mouton) [*] : « Ooooon eeest reeeeentrééés ! »

À l’occasion des aller-retour entre Isabelle et moi pour la relecture des billets publiés en Hétéronomie, Isabelle m’écrit : « J’ai enlevé le « s » a « rentré », car il me semble que c’est un singulier... » Eh bien ! oui, et non. Autrement dit, c’est comme l’on veut et Petit Mouton, l’as du foooot et de la gramaaaaire, aime bien faire l’accord sur le genre et le nombre compris dans le « on ». Tu nous expliques, Petit Mouton ?
— Euuuuuh ! Tuuuu veux paaaas le faireeee ? Y a fooooot.
Excuse-moi, Petit Mouton, j’ignorais que je dérangeais une partie. Je m’en charge donc.

« On » est un pronom personnel, le troisième du singulier. Antidote précise « Le pronom on se classe parmi les pronoms indéfinis quand son sens embrasse l’idée de « tous les hommes », des « gens en général », ou encore quand il a le sens vague de « quelqu’un », d’« une personne quelconque ». Pour autant, il est très fréquent que « on » représente une ou plusieurs personnes précises. Alors, l’accord peut se faire, sur le nombre et/ou le genre réels du pronom, mais aussi sur le nombre et/ou le genre exprimés.
Antidote le dit ainsi : « Les adjectifs et les participes passés qui s’accordent avec le pronom on employé personnellement et représentant plusieurs personnes peuvent s’accorder soit grammaticalement au masculin singulier, soit sémantiquement avec l’antécédent pluriel du pronom. » Il précise « Quel que soit l’accord choisi, on veillera bien sûr à rester cohérent à l’intérieur d’une même phrase et d’un même texte. »
En Hétéronomie, l’accord sur l’« antécédent pluriel » est plutôt la règle tant je le fais systématiquement et corrige les billets d’Isabelle en ce sens. C’est un usage que je me suis fixé depuis longtemps, depuis que Pascale m’a expliqué que les accords sur le « sens » étaient souvent plus percutants que les accords purement « physiques ». Je ne sais plus à quel propos elle m’avait dit cela mais il me semblait que cela permettait de « prendre la main » sur le texte, de ne pas se sentir contraints (je choisis ici le pluriel pour impliquer mon lecteur, sortir de ma propre pratique ; mais j’aurais pu mettre un singulier) par une règle par trop rigide. N’est-ce d’ailleurs pas cette logique qui autorisait autrefois (avant l’intervention sexiste d’un grammairien) l’accord (masculin ou féminin) sur le dernier terme d’une liste plutôt que sur le « masculin dominant » ? Sur ce point, je vous renvoie à l’ouvrage d’Éliane Viennot, ici.

J’en reviens à « on ». J’ai envie de voir ce qu’en dit le Grevisse.
Il m’indique que l’« Accord grammatical selon le sens et non selon les règles de la grammaire. » se nomme « sillepse » (féminin). Dans son [§438] « L’accord contredit le genre et/ou le nombre du donneur théorique ». il est intéressant de constater qu’après avoir indiqué comme « facultative » la syllepse, il le présente ensuite comme allant de soi dans des formulations où l’on comprend que s’y refuser manque de logique.
En résumé, Petit Mouton, je dirais que tu peux continuer à mettre le pluriel dans l’expression « On est tous faaans de foooot et de Cécylouuu ! »
— Youpiiii !
—  Et toi, tu pouvais écrire « Soyons mutine » [**] quand tu parlais de moi ? C’était quand même interlope !
Ah ! Cocotte, te revoilà.
Ce n’est pas si interlope même si la sonorité est étrange. On doit en effet pratiquer la syllepse avec les pronoms personnels « nous » quand il est dit « de majesté » (ou « de dissertation », ou « de modestie ») et « vous » « de politesse », c’est-à-dire quand ils « sont employés pour un seul être » ; c’est ici « obligatoire » précise Grevisse. Cela te va bien, Cocotte enchantée, la majesté.
— Je préfère la modestie !
Sacré défi, Cocotte. Sacré défi.

Un articile sur « on » et « l’on » est disponible ici.


--------------

[*« Rentrée @4 », La vie en Hétéronomie, 2 septembre 2015.

[**[La Cocotte enchantée] 27e dimanche du temps ordinaire, 4 octobre 2015.


Information publiée le mercredi 25 mai 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.