LexCy(que)

Bât



Cy Jung — Bât

Ma phrase [*] : C’est là que le bât blesse… Tu l’as dans ton LexCy(que), « bât » ?

Non, je ne l’avais pas.
Pierre, bien sûr, sait écrire « bât » dans l’expression « le bât blesse » et me donne l’occasion de mettre en avant un de ces vieux mots dont on oublie l’origine, donc le sens.

Ce « bât » qui blesse n’est pas le « bas » qui habille aujourd’hui les jambes des femmes en guise de pantalon, vêtement très « féminin » porté pourtant par la gent masculine quelques siècles durant. Ce « bât » avec un circonflexe est un « Harnachement placé sur le dos des bêtes de somme pour le transport de lourdes charges. », dit Antidote. En dépit des protections en cuir ou en toile, on comprend aisément qu’il puisse blesser les bêtes dites « de somme » (« somme », étymologiquement de « charge »).
Antidote me signale au passage une locution que je ne connais pas : « Porter son bât » (« Supporter les épreuves avec résignation. », d’où l’intérêt de l’écrire correctement) et un proverbe « Si de beaucoup travailler on devenait riche, les ânes auraient le bât doré. » dont je vous laisse deviner le sens.

Autre chose ?
Je m’en vais faire un tour sur le Grand Robert qui m’apprend qu’il existe un « bat » (sans circonflexe) qui vient du verbe « battre » et signifie « Ce qui bat l’air, l’eau. », citant en exemple le « bat de l’aile d’un oiseau » ou de la « queue du poisson ». Effectivement, cela me dit quelque chose. Quoi ? Pas le deuxième sens de ce « bat », en tout cas, qui est une unité de mesure du poisson par extension de la longueur du bat.
Le Grand Robert signale également l’anglicisme « bat » en synonyme de « batte ».
Pour notre « bât » qui blesse, il n’en dit rien de particulier. Le TLF, lui, insiste sur les usages métaphoriques, en commençant par le « bât du mariage » dont je me souviendrai, forcément ! Il propose également « un vrai cheval de bât » pour désigner un « homme dépourvu d’intelligence » sans indiquer si cela a un lien avec le mariage ou « être rembourré comme le bât d’un mulet » pour désigner quelqu’un « trop vêtu ».

Autre chose ?
Cette fois non, à moins que vous n’ayez des suggestions à faire, ici.


--------------

[*Discussion avec Pierre, 1er octobre 2015.


Information publiée le mardi 19 juillet 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.