Romans & Nouvelles

Quartier rose

Broché (version papier)



Paris. Ah ! Paris, les Champs-Élysées, le Louvre, la tour Eiffel, les quais de Seine, le Moulin rouge, Notre-Dame, le musée Carnavalet, la place des Victoires, l’Hôtel de Ville… Dans la Ville lumière, Cy Jung vit, déambule, se promène. Cette ville qu’elle aime, elle nous la fait découvrir jusqu’à ses quartiers les plus populaires pour nous faire aimer à notre tour le Paris du bonheur au quotidien. Marie Bonneuil y réside aussi dans une tour à l’ascenseur capricieux et aux trafics illicites, avec ses voisins d’infortune amateurs de crêpes et de tartes aux pommes. Ces Parisiens, plus attachants les uns que les autres, sont témoins et acteurs d’une histoire d’amour lesbienne aussi improbable que flamboyante. Dans la lignée de ses précédents romans sentimentaux, dont Quartier rose est le sixième opus, Cy Jung met une nouvelle fois en scène avec humour et espièglerie des femmes dans d’inoubliables scènes d’amour... et d’érotisme.

Édition brochée (papier) !
Homoromance éditions (août 2017).

La version numérique est également disponible ici.

Note de Cy Jung. Pour une meilleure rémunération de l’éditeur (donc plus de romans lesbiens à la publication), privilégiez l’achat direct sur sa plateforme. L’éditeur étant basé au Canada, votre banque pourra vous facturer une commission.

Extraits

— Et qu’est-ce que tu veux que je croie ? s’emporta Marie Bonneuil que le désespoir portait à l’hystérie. Il dit me quitter par amour. Tu trouves ça crédible, toi, que l’on puisse faire une chose aussi idiote ?
— Je…
— Tu parles ! Il m’aime peut-être mais, en attendant, il se tape une jeunesse et, comme c’est un homme bien élevé non dépourvu d’une certaine morale bourgeoise, il se dit que les deux ne sont pas compatibles.
— Éric, une… Tu n’y penses pas !
— Quoi d’autre alors ? Il m’aime et il me trouve chiante, c’est ça ?
— Non, écoute, tu…
— Et merde ! fondit en larmes Marie dans un sanglot aussi impétueux qu’interminable. C’est vrai que je suis devenue plus que casse-pied avec le temps, que je m’emballe pour un rien, que je ne le supporte plus, que je l’aime aussi mais que l’on ne peut plus vivre ensemble ! Et c’est atroce, ça, tu comprends, Ma-Simone ? Je n’en peux plus, moi, de ce putain de canapé en face de la télé, de nos quarante mètres carrés avec vue sur le balcon de cette espèce de folle qui frappe son mari à coups de savate en hurlant des injures homophobes ! Je n’en peux plus ! J’ai envie de partir à la mer, d’aller dans un endroit où il fait beau, loin de tout, loin de lui, loin de cet immeuble putride où rien ne fonctionne, loin de mon boulot à la con avec ces deux tartes de gynécologue qui croient qu’à trifouiller des cramouilles toute la journée, elles maîtrisent l’origine du monde ! Ça fait chier ! Tu m’entends ?
— Oui, ma chér…
— Ce n’est donc pas possible d’avoir un peu de poésie, de tendresse qui ne soit pas étouffante, quelque chose qui grise, qui maintienne en vie, qui rende le reste supportable ? J’y croyais, moi, à notre amour, fort, pour toujours. Et voilà ! Quinze ans et paf ! on se prend le mur, sans raison, juste par lassitude ou par… ? Je n’en sais même rien de pourquoi j’en ai marre, autant que j’ignore ce que je peux faire pour que ça change ! Et merde et chier de crotte qui pue de la moule au beurre ! Je fais quoi, moi, maintenant ? Se chercher un mec à quarante-trois balais, c’est pire que de chercher un boulot à cinquante !
(…)

Le coup de sifflet retentit. Le kiss-in commençait. La responsable de la sûreté de Ma Maison à Paris s’accrocha aux hanches du bras armé de l’Îlette des Janissaires au cabinet du maire et tendit le cou — elle était la plus petite des deux —, lèvres entr’ouvertes. Nora Braky cueillit son souffle, laissant sa langue fouir et valser autant que sa complice le permettait. L’adhésion était totale. Les deux femmes consommèrent le doux larcin sans restriction, au rythme de leur respiration, les babines fartées de salive glissant les unes contre les autres puis s’épousant afin que les langues se mêlassent au bal. Oh ! que c’était bon, un baiser pareil. Les jambes ne les tenaient plus ; les chairs partaient à vau-l’eau en même temps que les vulves s’enduisaient de cyprine. Mais pourquoi fallait-il que cela s’arrêtât ? Parce que le coup de sifflet final retentit.



Retour à tous les romans et nouvelles
Version imprimable de cet article Version imprimable



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.