LexCy(que)

Tapissière et tapissier



Cy Jung — LexCy(que) Tapissière et tapissier

Ma phrase : — bonjour, madame, vous êtes tapissière ?
— Non, tapissier.

Je cherchais un tapissier pour restaurer la ceinture noire que Romuald m’a offerte et que je souhaiterais utiliser longtemps. Elle part un peu en poussière. Lors d’une visite des artisans des Grands Voisins, j’ai croisé l’atelier d’une tapissière, qui était en fait tapissier. Avais-je affaire à une femme refusant la féminisation des termes de métier sur laquelle j’ai déjà consacré un article dans ce LexCy(que) ? Pas du tout.
Elle m’a expliqué que, historiquement, un « tapissier » est un homme qui s’occupe de restaurer les chaises et fauteuils quand la « tapissière » est une femme, restée dans l’ombre, qui faisait les petits travaux d’aiguille sur les rideaux et tentures. Il s’agit donc de deux métiers différents que peuvent exercer aujourd’hui femmes et hommes quand autrefois l’un était plus valorisé que l’autre, celui de l’homme, bien sûr.
Cela méritait que je fouille un peu mes dictionnaires.

Que ce soit dans Antidote ou le Robert, « tapissière » n’est reconnu que comme le féminin de « tapissier ». L’existence de deux métiers différents n’est pas mentionnée. Par contre, le TLF distingue lui la « tapissière » du « tapissier », et pas uniquement pour nous indiquer qu’il s’agit d’une voiture, à l’instar du Grand Robert ! Il identifie la tapissière comme une « ouvrière qui exécute des tapisseries à l’aiguille. (1690) ». Le XMLittré dit la même chose (ici).
Voici donc les deux métiers établis. Reste à savoir comment l’on fait pour désigner une femme tapissier sans lui faire épouser le métier de la tapissière et l’homme tapissière sans qu’il ne soit tapissier. Vous me suivez ? Je n’ai pas trouvé de règle de féminisation dans ce cas très particulier. Il y a celui de « sage-femme », parfois remplacé au masculin par « accoucheur » ou « maïeuticien » et pourquoi pas « parturologue », les trois, selon certains blogs n’ayant pour fonction que d’éteindre la place historique des femmes dans ladite profession.
L’argument se tient ; et celui selon lequel les hommes se trouveraient dévalorisés à exercer un métier comprenant le mot « femme » tient encore plus ! Comment faire alors ? Le plus simple semble de féminiser ou masculiniser par le pronom, l’adjectif et l’accord du participe passé. Je peux donc dire que j’ai rencontré une tapissier fort compétente qui m’a indiqué pourquoi ma ceinture ne peut être restaurée. Allez voir un tapissière, fut-il fort compétent également, n’y changera rien.
C’est dommage pour ma ceinture noire mais j’ai appris quelque chose. Merci !

Information publiée le vendredi 21 septembre 2018.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent /
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.