LexCy(que)

Alentour et Alentours



Cy Jung — LexCy(que) : Alentour et alentours

Ma phrase [*] : Je vois les trous laissés par les balles, son corps secoué comme une poupée de chiffon sous les claques d’une enfant sage, et le sang, jaillir, éclabousser tout ce qui se trouve alentour.

J’ai toujours la fâcheuse tendance d’écrire « alentour », adverbe invariable avec un « s » à l’instar de « alentours », non masculin pluriel. C’est à coup sûr parce que je ne sais pas distinguer les deux. Je me souviens que Pascale avait eu bien du mal sur mes premiers romans à me faire saisir la distinction entre les deux au point que je me méfie toujours quand j’utilise ces termes.

L’un et l’autre n’ont tout d’abord pas le même sens. « Alentour », adverbe, désigne l’espace avoisinant, la proximité là ou « alentours », nom, désigne « ce qui environne un espace ». La nuance est subtile, j’en conviens, et c’est bien la raison pour laquelle je fais toujours la confusion.
Quant au moyen de les distinguer…
S’il ne dit rien qui me permet de distinguer les deux, comme si la confusion était impossible — je le crains ! —, le Grevisse [§1009a] m’apprend au passage que l’adverbe « alentour » peut s’écrire « à l’entour » et signale la locution « d’alentour » qu’il va être encore plus délicat, pour moi au moins, de ne pas confondre avec « des alentours ». Il indique également [§1073b2] la préposition « à l’entour de » avec cet exemple emprunté à Hugo « Mets tes bras à l’entour de mon cou », qui permet d’en cerner l’usage et me donne d’emblée l’envie de l’utiliser.
Je ne trouve rien de plus dans mes ressources habituelles. En regardant bien les exemples fournis par les dictionnaires, je constate néanmoins que la solution est plus simple qu’il n’y paraît. Nom pluriel, « alentours », est toujours précédé d’un pronom, « aux », « les », « des » là où l’adverbe « alentour » est toujours employé seul, forcément.
Mais l’absence du pronom ne suffit jamais à me convaincre qu’il s’agit bien de l’adverbe. J’utilise alors une astuce personnelle que je ne dois pas être la seule à avoir inventée : en cas de doute, je remplace « alentour » par « ici » et l’évidence apparaît.

Ma phrase ne change donc pas.


--------------

[*Phrase extraite de Je ne saurais jamais si elle était jolie. V5, mai 2009.


Information publiée le jeudi 23 juillet 2009.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.