LexCy(que)

Ô !



Cy Jung — LexCy !que) Ô

Ma phrase (ou plus exactement celle de Isabelle) [*] : Ô diversité de l’âme humaine  !

Dans me relecture de son billet, je propose à Isabelle de plutôt écrire « Ô ! diversité de l’âme humaine. » considérant que le point d’exclamation fait partie intégrante des interjections. J’avais déjà évoqué ce point dans mon article sur la ponctuation (ici). Je fouille un peu.

Je regarde dans le Grevisse [§123] sur le point d’exclamation. Il indique que derrière une interjection, on peut mettre une virgule mais que le point d’exclamation, suivi d’une minuscule (car assimilé à une virgule), prévaut. Cela se porte en faux avec mon hypothèse que le point d’exclamation fait partie de l’interjection elle-même et ne peut en être dissocié. Dans [§123 b) 3e], l’attaque est pire encore ! Cela commence bien « Lorsque le mot en apostrophe est précédé de ô (…) le point d’exclamation est fréquent, sans être obligatoire » mais les exemples à suivre son redoutables « Ô Muse ! que m’importe ou la mort ou la vie ? (Musset, Poés. nouv., Nuit d’août.) » Ouille !
Si l’on y regarde bien, il est en effet logique que « muse » dans la phrase de Musset ne soit pas dissociable du « Ô ». Dans la phrase de Isabelle, « Ô diversité de l’âme humaine ! » le fait qu’il ne s’agisse que d’une phrase exclamation sans incisive ne change rien. Si l’on suit l’exemple de Musset (ce n’est pas le pire), et bien, le point d’exclamation est plus légitime en fin de phrase que derrière. Je m’en vais donc faire amende honorable auprès de Isabelle mais m’interroge ; d’où me vient ce tic d’écriture (puisqu’il semble que c’en soit un) ?

La grammaire de Antidote dit : « On écrit habituellement l’interjection avec une majuscule initiale et on la fait suivre d’un point d’exclamation. » Voilà qui sauve (provisoirement) pour l’ensemble des interjections ; « ô » excepté ? Son article sur « ô » me le confirme, ainsi que celui du Grand Robert. Quant à la Banque de dépannage linguistique, elle, m’achève : « Contrairement aux interjections ho et oh, elle n’est jamais immédiatement suivie d’un point d’exclamation. »
Je m’en vais donc effacer la faute que j’ai fait faire à Isabelle et corriger mon tic sur « ô » tout en gardant mon usage du point d’exclamation juste derrière les interjections, suivi d’une minuscule, sans ajout surnuméraire en fin de phrase.


--------------

[*Phrase extraite de « À table ! @55 » billet en Hétéronomie du 13 juin 2019.


Information publiée le mardi 24 mars 2020.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent /
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.