LexCy(que)

Sexy



Cy Jung — LexCy(que) : Sexy

Ma phrase [*] : C’est moche et moins sexy qu’un vieil air de musette.

Antidote signale « sexy » (adjectif) comme anglicisme au Québec, toléré dans le reste de la francophonie. Le mot est a priori invariable mais son pluriel rectifié est « sexys » [**] Le Petit Robert confirme l’anglicisme et déclare l’adjectif invariable. Dans le Grevisse enfin, il est également signalé invariable.

Reste l’anglicisme. Est-il possible ici de trouver un équivalent ?
Antidote, donne deux définitions du terme : la première « qui excite le désir sexuel » et propose, pour remplacer l’anglicisme « séduisant », « aguichant », « désirable », « érotique » ou « suggestif » ; la seconde « attrayant ». Le Petit Robert confirme ce double sens, en proposant en plus « plaisant » dans le sens second.
Dans ma phrase, « sexy » a effectivement le sens de « attrayant » ou « plaisant ». Je pourrais ajouter « réjouissant ». Je suis perplexe car l’intérêt de « sexy », c’est justement son double sens : si, par exemple, un air de musette est sexy, c’est parce qu’il est plaisant ou réjouissant, certes, mais avec une petite touche d’érotisme — celui que procure, en l’espèce, le tempo.
Et si je reviens à mon texte pour proposer le paragraphe et non simplement la phrase, la touche d’érotisme devient incontournable ! « Elle a choisi de rester face à moi, son regard planté dans le mien pendant que le jouet de latex rose remplit son office. Elle est nue. J’ai gardé jusqu’à mes chaussettes de sport à l’élastique trop de fois bouilli. Elles tombent en accordéon sur le bas de mes mollets. C’est moche et moins sexy qu’un vieil air de musette. Une balade au fil de l’eau ; je rame… J’oublie. »
Il en est de même d’un autre emploi que je fais de « sexy » dans ce même texte : « Pendant que l’eau chauffe, je troque mes vêtements de ville contre un déshabillé constitué de hardes de sport réformées. Ce n’est pas très sexy, j’en conviens, mais c’est confortable et elle ne s’est jamais plainte de mes tenues d’intérieur. »

Que faire ? Garder mon anglicisme ? Ce ne serait pas si grave, surtout si je ne trouve rien à mettre à la place.
Pour le second, en utilisant les fonctions hypertexte d’Antidote, je tombe sur « affriolant ». Pour le coup, cela me va très bien et ma deuxième phrase devient : « Ce n’est pas très affriolant, j’en conviens, mais c’est confortable et elle ne s’est jamais plainte de mes tenues d’intérieur. »
Pour la première phrase, je cherche par analogie ce qui se rapporte à la musette, le tempo en guise de touche érotique… « Ça balance »… « dansant »… Rien ne me convainc. J’en reste donc à ma phrase initiale, pour l’instant. Je verrai au moment de retravailler ce texte si quelque chose d’autre vient, peut-être à travers la recomposition de ma phrase.
À suivre, donc.


--------------

[*Phrase extraite de Je ne saurais jamais si elle était jolie, manuscrit, V5, mai 2009

[**Sur l’intégration des mots étrangers en français et leur pluriel, voir l’article Coming out de ce LexCy(que).


Information publiée le mardi 15 septembre 2009.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.