LexCy(que)

De circonstance



Cy Jung — LexCy(que) : De circonstance

Ma phrase [*] : « Lui tordre le cou » ; c’est de de circonstance.

Je ne sais jamais s’il convient de mettre « circonstance » au singulier ou au pluriel dans la construction de « circonstance » avec « de » et dois vérifier à chaque usage.

Je me retourne vers Antidote qui propose beaucoup d’exemples où l’usage du pluriel semble à chaque fois logique (« concours de circonstances », « suite de circonstances » ou « foule de circonstances ») là où le singulier me paraît moins évident : « discours de circonstance », « alliance de circonstance », « hasard de circonstance » ou « sourire de circonstance ».
Quelle règle puis-je appliquer ? Si le pluriel ne s’impose pas, j’applique le singulier. Cela me semble un bon début car remplacer « de » par « de la » ne me paraît pas pertinent pour détecter les singuliers. Pour « sourire de circonstance », par exemple, je peux tout autant considérer qu’il s’agit d’un sourire fait en la circonstance ou d’un sourire consécutif aux circonstances… Le sens, d’ailleurs, ne subit-il ici pas une légère inflexion ?
Le Petit Robert établit en effet différents sens de « circonstances », appliquant plus volontiers le singulier ou le pluriel à l’un ou l’autre. Les nuances sont subtiles : je renvoie donc chacun à ce dictionnaire. Je note par ailleurs qu’il propose « de circonstance » (singulier), comme locution ayant le sens de « qui est fait ou est utile pour une occasion particulière » avec « opportun » comme terme analogue.
N’est-ce pas ce sens-là qui préfigure ma phrase « C’est de circonstance » ? Il me semble que oui et le Petit Robert confirme cette idée en proposant parmi les exemples de cette locution « Ce n’est pas de circonstance ».

Je me retrouve ainsi avec deux indices majeurs pour distinguer le pluriel du singulier.

Cy Jung — Bulletin rose Cy Jung — Camellia rose1/ J’exclus d’abord les cas où le pluriel s’impose par le nom dont « de circonstances » est complément ou par la construction : « Florence chassa la question, fort déplacée en de telles circonstances. » (Bulletin rose, 2006, p.32) ; « J’ignore par quel concours de circonstances on vous a aussi peu soignée mais croyez bien que cela va changer. » « Camellia rose, 2009, p. 40).

Cy Jung — Transports amoureux2/ Je vérifie si je ne suis pas dans le cas où « de circonstance » forme une locution analogue à « opportun ». « C’est de circonstance, on m’a tiré dans la poitrine, quatre fois, l’écrira C. K. sur le compte rendu d’exploration. » (« Le rêve d’Isabella », in : Transports amoureux, 2005, p. 127).

En dehors de ces cas, l’improvisation s’impose sauf à trouver dans les dictionnaires l’exact usage de la construction utilisée. Improvisation ? C’est une manière simplement honnête de dire que si le sens préside à l’évidence au choix du singulier et du pluriel, je serais bien vaniteuse d’affirmer que je le maîtrise à chaque fois !


--------------

[*Phrase extraite de Je ne saurais jamais si elle était jolie, manuscrit, V5, juin 2009.


Information publiée le mercredi 23 septembre 2009.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.