Romans & Nouvelles

« Le rêve d’Isabella »

In : Transports amoureux (Collectif)



Cy Jung — Transports amoureux

Transports amoureux
Éditions La Cerisaie,
mai 2005
160 pp., 13,00 euros
ISBN : 2 914908 23 7
EAN : 9782914908238




Au sein de ce recueil aux multiples modes de transport, celui choisi par Cy Jung aura de quoi surprendre… Mais quel est-il exactement ? Dans quelle étrange position se trouve la narratrice dont le propos paraît, de prime abord, un peu confus ? Aurait-elle succombé à quelque drogue (légale !) ou déjà au charme d’Isabella ?
Que de question pour un texte si court, texte où l’écriture est transport elle-même, comme si le récit, finalement, n’était que prétexte. Les réponses sont dans la nouvelle, vous dira Cy Jung dont le surréalisme pourra déconcerter celles et ceux qui aiment le réalisme qui entoure ordinairement son travail. À découvrir, donc.

Le début

Ablation intracardiaque par radiofréquence.
Cette intervention consiste à introduire des sondes à l’intérieur du cœur via la veine ou l’artère fémorales. Ces sondes permettent l’ablation (cautérisation) de faisceaux responsables de troubles du rythme cardiaque.

Elle me regardait, paupières closes. Il est impossible de regarder quelqu’un les yeux fermés. Et pourtant, je peux le jurer, elle me regarde. Elle me regarde ou elle me regardait ? Le temps n’existe pas dans cette histoire ou plus exactement, il se dilue à une vitesse distordue.
La vitesse du temps ne se distord pas, si l’on reste immobile, bien sûr. Le verbe distordre est-il le bon ? C’est celui que je choisis. Il va falloir l’accepter : dans cette histoire, les dimensions habituelles du temps et de l’espace nous sont inconnues ; seul le corps pèse son poids, ou à peu près, et l’esprit est si proche de faire émerger l’inconscient qu’il en devient presque encombrant. Je balance ma tête de droite et de gauche. Je veux tout voir. Peu de choses m’apparaissent. Je dois rester calme. J’entonne en sourdine la chanson de cette pièce de Jan Lauwers vue cet été au cloître des Carmes. Pourquoi cette musique ? Il manque un chœur pour donner matière au canon ; Isabella m’indique d’un sourire qu’elle m’offre volontiers le sien.

Ont collaboré à ce recuei

Cécile Bailly, Muriel Bonneville, Catherine Bourassin, Paola Cicagna, Cy Jung, Geneviève Martorella, Martine Merlin-Dhaine, Hélène de Monferrand et Brigitte Ourlin.


Cy Jung — Dessous diversNote : Cy Jung a publié une autre nouvelle à la Cerisaie, « Sarah » dans le recueil collectif Dessous divers.



Retour à tous les romans et nouvelles
Version imprimable de cet article Version imprimable



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.