LexCy(que)

Comprimé de somnifère



Cy Jung — LexCy(que) :Comprimé de somnifère

Ma phrase [*] : Elle attendit donc que la Bourguignonne se fût endormie avec le secours d’un comprimé de somnifère généreusement offert par le concierge de l’hôtel pour tenter à son tour de se reposer quelques heures : demain, la journée serait longue, elle le pressentait.

* Développement initial (12 janvier 2010)
* Addenda (25 mars 2010) : Consommation de médicaments

Développement initial (12 janvier 2010)

Cy Jung — Piste roseJe m’interroge sur « comprimé de somnifère » : « somnifère » doit-il être au pluriel ou au singulier ? On parle effectivement volontiers de « somnifères » (au pluriel) mais dans le comprimé, ils ne sont pas plus comptables que les pêches de la compote… Alors ?
Antidote, dans ses Concurrences sur « somnifères » adopte le singulier tout en multipliant les autres exemples où « somnifère » est au pluriel, appliquant ainsi la règle des non-comptables. Le Petit Robert, lui n’en dit rien. Je laisse donc mon singulier et suis d’accord que cet article est un peu court.
Si je complète en indiquant que le terme de « comprimé » (1897) vient du fait que la poudre dudit comprimé a été comprimée, cela suffit-il à contenter votre appétit de langue française ? Promis, je ferai mieux la prochaine fois.

Addenda (25 mars 2010) — Consommation de médicaments

Dans Quartier rose, manuscrit qui en est au premier jet, j’ai ces deux phrases [**] : « Deux verres de sauvignon l’y avaient aidée, ainsi qu’un comprimé de somnifère vendu sans ordonnance. Marie Bonneuil n’aimait pas la tournure addictive que prenait sa consommation de vin et de médicaments. »

Vérification faite auprès d’Antidote, « médicament » prend bien le pluriel dans l’expression « consommation de médicaments » (ce que confirme le Petit Robert) et plus généralement dans la majeure partie de ses emplois derrière « de »… tout en laissant la « prise » et la « dose » de « médicament » au singulier dans la liste des locutions et au pluriel dans les concurrences (et dans le correcteur). Cela fait partie des contradictions habituelles d’Antidote.
On doit pouvoir se fixer comme règle que si l’on a un comprimé d’un médicament, on laisse le singulier ; à partir de deux comprimés d’un médicament ou d’un comprimé de deux médicaments, on passe au pluriel. Dans le cas qui m’occupe, le pluriel est donc de rigueur puisqu’il est question de conduite addictive.
Ma phrase ne bouge pas.

Je profite de ce court addenda pour signaler un usage familier de « médicament » que je ne connaissais pas et qu’indique le XMLittré. L’expression « être un (vrai) médicament », signifie « être une cause d’ennui ».
Serait-ce à dire que la prise de médicaments puisse être un vrai médicament ? Pour le moins !


--------------

[*Phrase extraite de Piste rose, manuscrit, V3, novembre 2009.

[**Phrases extraites de Quartier rose, manuscrit, V1 février 2010.


Information publiée le jeudi 25 mars 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.