LexCy(que)

Etant donné mis à part



Cy Jung — LexCy(que) : Étant donné mis à part

Ma phrase [*] : L’APDEPTPNQM défendrait l’idée qu’il le serait à jamais, étant donnés les liens qui les unissaient, des difficultés de sa conception à ses trois ans et demi.

Cy Jung — Piste roseJe m’interroge sur le pluriel que j’ai mis à « donné » dans l’expression « étant donné » : j’ai accordé au nom qui suit mais dois-je véritablement le faire ? Je crains un instant que la réponse ne soit trop facile et que je fasse aussi court que l’article du LexCy(que) mis en ligne en début de semaine, « Comprimé de somnifère », ce d’autant que je ne sais pas trop où chercher la réponse à ma question.

Pour une fois, je commence par mon moteur de recherche qui m’envoie sur le site de Cordial, un correcteur que je ne connais pas. Je lis : « Les expressions "étant donné, mis à part, fini, passé" lorsqu’elles précèdent un nom ou un pronom sont, au choix, variables ou invariables. Pas d’erreur possible  ! » Dont acte. Mais je préfère vérifier.

Je me tourne d’abord vers Antidote et « mis à part » : il est annoncé « parfois variable » et me renvoie au guide grammatical qui comprend un article sur « Passé, vu, y compris… » Antidote est très clair et indique que ces participes passés, quand ils précèdent un nom, sont des prépositions invariables. En voici la liste complète : « Attendu, vu, excepté, compris, y compris, non compris, étant donné, passé et mis à part.  »
Mais Antidote fait également quelques remarques. Il indique que certaines grammaires autorisent la variabilité et qu’il arrive que ces participes passés soient véritablement épithètes (donc variables). L’exemple le plus flagrant est celui avec « vu » (et encore !) : « Vu les nouvelles résolutions, le conseil (…). » ; « Vues sous cet angle, ces résolutions (…) ». Dans le premier cas, il s’agit de « au vu de », dans le second, les résolutions sont vues… Cela demeure subtil, au moins pour moi.
Et je m’en vais voir ce que dit le Grevisse. Il doit faire partie de ces grammaires puisqu’il ne pose pas l’invariabilité comme obligatoire [§259]. Il donne beaucoup d’exemples sans véritablement donner d’éléments permettant de trancher…
Que faire ?

Cy Jung — Bulletin roseJ’aimerais bien savoir car je rencontre souvent le problème pour « passé », comme ici dans Bulletin rose (2006, p.11) « Passé la mairie pavoisée aux couleurs de la République et de l’Union européenne et la grand-place pavée à l’ancienne, Raoul tourna à droite, puis à gauche, puis encore à droite jusqu’à un rond-point décoré d’une composition florale tapageuse aux armes de la ville. Il s’engagea alors sur une large avenue plantée de marronniers, de panneaux publicitaires et d’Abribus. » J’enlève souvent l’accord mais il doit bien avoir dans mes textes des exemples où il est resté.

Pour aujourd’hui, j’ai envie de trancher en faveur d’Antidote, ce me semble le plus simple… Jusqu’à ce que la question se repose.
Et ma phrase devient : L’APDEPTPNQM défendrait l’idée qu’il le serait à jamais, étant donné les liens qui les unissaient, des difficultés de sa conception à ses trois ans et demi.


--------------

[*Phrase extraite de Piste rose, manuscrit, V3, novembre 2009.


Information publiée le dimanche 17 janvier 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.