LexCy(que)

Madame, mademoiselle, monsieur



Cy Jung — LexCy(que) : Madame, mademoiselle, monsieur

Ma phrase [*] : Il vous faudra alors les identifier et porter plainte, madame Dupez pour l’agression et vous, monsieur et madame Bonneuil, pour des voies de fait au titre de l’article L123-3 du code de la construction et de l’habitation.

Cy Jung — Bulletin roseLors d’une première relecture de ce manuscrit, Isabelle Thézé qui travaille avec moi sur ce rose comme elle l’a déjà fait pour Bulletin rose, me suggère de vérifier la minuscule sur les titre de civilité « madame », « mademoiselle », « monsieur ».
Je profite de l’occasion, avant de répondre à la question, pour rappeler que le distinguo entre « madame » et « mademoiselle » est dénoncé par certaines féministes dont moi, considérant que la nuance ne vise qu’à situer la femme dans son rapport conjugal, ce qui ne présente d’autre intérêt social que de signifier aux hommes qu’elle est ou non disponible. N’hésitez pas à résister en ne reproduisant pas vous-même le distinguo ou en cochant « madame » même si vous être une « mademoiselle ».

J’en reviens à la question d’Isabelle et me reporte pour cela au Lexcyque des règle typographiques en vigueur à l’Imprimerie nationale.
* Quand ces titres de civilité désignent une personne que l’on nomme, ils s’abrègent en Mme, Mlle et M. C’est donc ce que j’aurais dû faire.
* L’écriture en long avec minuscule, elle, est conservée quand la personne n’est pas nommée (« Je ne connais pas monsieur »), quand on s’adresse à la personne dans un courrier, un discours, un dialogue ou quand ils sont utilisés comme noms commun.
* Enfin, l’écriture en long avec majuscule est réservé à certains personnages historiques (Madame Mère) et quand il sont le premier mot du titre d’un ouvrage (Madame Bovary et non Mme Bovary).

Je vais donc devoir me plier à la règle moi qui n’aime pourtant pas ces abréviations et ma phrase deviendrait : Il vous faudra alors les identifier et porter plainte, Mme Dupez pour l’agression et vous, M. et Mme Bonneuil, pour des voies de fait au titre de l’article L123-3 du code de la construction et de l’habitation.
Oh ! que ce n’est pas beau. Ne puis-je vraiment pas y déroger ? On peut toujours mais ne serait-ce pas contraire à mon attachement à la règle ? Je poursuis mes investigations… Le Dictionnaire d’orthographie que j’ai déjà signalé va dans le même sens que le Lexique des règle typographiques. Le Grevisse, lui, ne disserte que sur l’emploi de la majuscule (§99), établissant par le fait les constructions en long avec ou sans majuscule. Voilà un argument qui me permet de déroger à la règle ! Mais… J’hésite.
J’hésite… et vous laisse découvrir mon choix au jour de la publication du roman. Quand ? Un jour, j’espère…


--------------

[*Phrase extraite de Quartier rose, manuscrit, V1, février 2010.


Information publiée le lundi 8 mars 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.