LexCy(que)

Va ! Allons ! Allez !



Cy Jung — LexCy(que) : Va ! Allons ! Allez !

Ma phrase [*] : Vous pouvez aussi vous poster n’importe où sur le parcours, applaudir, crier « Aller ! Bravo ! » ou ce que vous voulez, faire de la musique, taper dans une casserole…

Sarah me fait remarquer qu’elle écrirait « aller » plutôt avec « ez » et, comme elle a pris goût à ce LexCy(que), elle me demande de vérifier, notamment auprès de Pascale. Je corrige tout de suite car effectivement, l’impératif semble le plus logique. Pourtant, l’infinitif ne me paraît pas impossible.
Alors ?

Mon souci premier avec ce genre de question est de savoir où chercher la réponse. Je regarde d’abord les exemples dans Antidote et le Petit Robert. Ce dernier indique clairement « va ! », « allons ! » et « allez ! » comme interjection, entre autres pour « inciter à l’action ». J’ai donc bien fait de corriger immédiatement ma phrase car il s’agit en effet d’inviter les coureurs du Marathon de Paris à y aller, vite, vite, et longtemps !
Je conserve donc la correction faite en urgence et ma phrase sera : Vous pouvez aussi vous poster n’importe où sur le parcours, applaudir, crier « Allez ! Bravo ! » ou ce que vous voulez, faire de la musique, taper dans une casserole…

Et pourtant, je n’arrive pas à me défaire de l’idée que l’infinitif est possible… Je n’ai plus qu’à me tourner vers Pascale.
Ce que je.


La réponse de Pascale.

S’il s’agit d’encourager, oui, il faut l’impératif ! D’ailleurs, tu ne le diras pas sur le même ton que si c’était un simple infinitif (enfin, normalement) qui par définition est neutre.
Mais dans l’absolu, tu n’as pas tort, l’infinitif et l’impératif sont parfois interchangeables selon le contexte. Tu en trouveras le détail ici.

Dans ton cas de figure, tel que tu me le présentes en tout cas, je ne vois guère de possibilités d’employer l’infinitif. Écrire « Aller les verts. » ou « Allez les verts ! », ne provoque pas du tout la même impression sur le lecteur.
Mais tu peux indifféremment employer l’infinitif ou l’impératif dans une recette par exemple : « Mettre les œufs dans le saladier » ou « Mettez les œufs dans le saladier ». Mais dans ce cas, il n’y a pas de point d’exclamation et la nuance est très légère, même si l’impératif garde toujours en arrière-fond son côté injonction. C’est aussi valable pour les modes d’emploi, etc.


La conclusion de Cy Jung.

Ah ! je me disais bien. Je garde donc ma correction avec l’impératif, car il s’agit d’encourager très très fort les coureurs. J’avais en outre mis un point d’exclamation, ce qui me semble contraire à l’usage d’un infinitif.
Et n’oubliez pas de suivre le lien indiqué par Pascale, vous saurez tout sur l’emploi de l’impératif et de l’infinitif.


--------------

[*Phrase extraite de « Dimanche 11 avril 2010 (11 h 30) — Paris », in : L’agenda de Cy Jung, 11 avril 2010.


Information publiée le samedi 24 avril 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.