LexCy(que)

Ça (élision)



Cy Jung — LexCy(que) : Ça (élision)

Ma phrase [*] : Ç’en était trop !

Cy Jung — Piste roseDepuis que j’utilise Antidote, il me signale mon « ç’ » sans que je ne comprenne trop pourquoi, au point qu’il m’est arrivé très souvent de modifier ma construction sans chercher la cause de mon erreur. Pour cette fois, je décide de régler cette question et me tourne directement vers le Grevisse.

Il m’indique d’emblée [§44] que « ça » ne subit d’ordinaire pas l’élision devant une voyelle (exemple : « Ça a été difficile quelques années mais aujourd’hui, mon diabète est très stable. » [*]). Puis il précise que l’on trouve des formes élidées parfois devant « a » « que l’on peut expliquer par l’analogie avec ce ou par une haplologie [**] » avec cet exemple [§19] : « Ç’alla bien en effet (Billy, dans le Figaro litt., 10 mars 1969). »
C’est joli, je trouve « ç’alla » ; peut-être un peu salé à replacer… Je verrai si la formule me revient. En attendant, je cherche toujours quelque chose qui ressemble à mon exemple et je le trouve au §465 qui propose cet exemple : « (…) c’en perd toute portée ». Bigre ! l’élision est bien là mais le « c » a perdu sa cédille… Si j’étais un peu moins niquedouille (pas moins !) [***], j’aurais d’emblée appliqué une règle que j’ai apprise au cours préparatoire si j’en crois Sarah et que le Grevisse me rappelle [§93c] avec simplicité : « Pour indiquer la valeur [s] devant a, o, u, on met une cédille sous le c. » Devant mon « en », la cédille de « ça » doit tomber, en effet, et pour le coup, Antidote ne me signale plus de faute.
Et si j’avais été encore plus perspicace, j’aurais depuis longtemps regardé son guide grammatical qui précise les contextes d’élision de « ça » : il s’élide devant une voyelle uniquement quand il est sujet ; il ne s’élide pas dans d’autres contextes. Quelques exemples, toujours empruntés à Piste rose : « Si seulement tu m’avais dit tout ça avant de partir… » ; « Mais allez faire ça ailleurs ; j’ai horreur de la paperasse. » ; « (…) ça aussi, il savait faire. » [*]

Maintenant que j’ai révisé la fonction de la cédille, je peux donc corriger ma phrase qui devient : C’en est trop !

Note : La cédille majuscule se fait par la combinaison alt+« ç » sur un Mac (Clavier français non numérique dans les Préférences système). Pour les PC, vous pouvez passer par le code asci alt+0199 ou alt+128.
Mais il y a plus simple…
Aurélie, correctrice, m’indique un article de son blog où vous trouverez la solution magique. C’était ici [le blog n’existe plus, mars 2015]. Merci !


--------------

[*Phrases extraites de Piste rose, manuscrit, V4, avril 2010.

[**Une « haplologie » correspond au fait de supprimer une syllabe dans une succession de deux identiques ou presque identiques… « Tragicomique » pour « tragico-comique » explique le Petit Robert. Merci !

[***Niaise, en langage plus contemporain.


Information publiée le jeudi 20 mai 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.