LexCy(que)

Adjectifs par transfert et épithètes de relation



Adjectifs par transfert et épithètes de relation

Ma phrase [*] : Pourront voter en France les citoyens français et les citoyens des États de l’Union européenne à la condition d’être inscrits sur les listes électorales de leur commune de résidence.

Dans mon article sur « Arrière », j’avais évoqué les adjectifs par transfert sans trop savoir de quoi il s’agissait. À la suite de son commentaire supplémentaire sur « arrière », Pascale m’en fait le détail.
Je lui laisse l’intégralité du développement et vous laisse méditer sa conclusion, comme elle m’y invite.

Les explications de Pascale

Dans le précédent commentaire, j’ai également oublié de te parler de psychanalyse : les adjectifs par transfert, c’est simple, ce sont des mots qui normalement sont adjectifs et que l’on emploie comme des adverbes. Pour être plus exact, ce sont des épithètes employées adverbialement. En somme, c’est le contraire des adverbes employés adjectivement, mais eux, parfois ils suivent la règle d’invariabilité des adverbes, parfois non. Ça dépend s’ils sont arrière ou avant.
Exemples :
* Des « boucheries chevalines » : ce ne sont pas les boucheries qui sont chevalines, mais des boucheries qui vendent de la viande de cheval.
* Des « critiques littéraires » : critiques de littérature ; ce ne sont pas les critiques qui sont littéraires.
* Des « mi-bas » : des bas qui ne mesurent qu’une moitié de bas.

La même chose s’applique aux épithètes de relation :
* Une « carte électorale » (pour une « carte d’électeur ») : cette option a été proposée lors de la féminisation des mots exclusivement masculins qui est tout à fait correcte en français au lieu de « carte d’électrice ».

Épithètes par transfert et épithètes de relation, même combat grammatical. Ce sont tous deux des abus de langage, qui peuvent être très utiles en littérature.
Pour les reconnaître, c’est assez simple, tu vérifies si tu peux joindre un autre adjectif avec une conjonction de coordination sans que la phrase en paraisse étrange. Par exemple : « une porte arrière et rouge ». Grammaticalement, ça ne marche pas, mais stylistiquement ou littérairement, ça baigne ! Dans ce cas, on ne parle plus d’épithètes machin-chose, mais de zeugma.

Plus claire encore, tu insères un verbe ou un adverbe de degré entre le nom et le soi-disant adjectif.
Exemple : « la porte est arrière » ou « la porte très arrière ».
Tu peux aussi cumuler : une porte qui est très arrière et très rouge.
Voilà donc pour les précisions.

Quant à ton exemple de nu-propriétés ou nues propriétés, il est assez mal choisi, car pour ce coup-là, les dictionnaires ne sont pas d’accord du tout, mais alors, pas du tout.
Va voir ce que l’on trouve dans le Trésor de la Langue française et dans le Dictionnaire de l’Académie 9e.

Je penche assez pour la version qui s’accorde, car, selon moi, dans le cas de « nue propriété », il s’agit tout simplement d’un adjectif dont la place est inversée, de la même manière que l’on dit un « grand enfant », un « vil homme », etc. En outre, je penche aussi pour la version sans trait d’union, car les deux mots conservent leur sens (« nu » ici est à comprendre dans son sens juridique). Ce n’est jamais qu’une propriété qui reste nue en attendant des jours meilleurs pour le futur propriétaire.

En réalité, c’est effectivement très discutable : pourquoi en effet écrire des « enfants nu-pieds » ou « nu-tête » et des « nues propriétés » ?
Probablement, parce que dans le cas de « nu-pieds » ou « nu-tête », c’est un abus de langage qui est passé dans les mœurs pour dire « les pieds nus » ou la « tête nue », tandis que « nue propriété » est le terme juridique consacré depuis des lustres, si tu l’écris ainsi tu conserves le mot tel qu’il apparaît dès l’origine dans les dictionnaires. De plus, quand tu dis « des enfants nu-pieds », « nu-pieds » forme effectivement une entité qualificative d’enfants. Le fait qu’on n’accorde pas nu relève probablement de la même logique que pour « demi- » et «  semi- ».
À vérifier et à méditer.


--------------

[*« Pour voter aux élections européennes », News du site de Cy Jung, 22 novembre 2008.


Information publiée le lundi 19 juillet 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.