LexCy(que)

Plus (sujet)



Cy Jung — LexCy(que) — Plus (nom)

Ma phrase [*] : — Tu sais bien que l’amour maternel n’a rien de « naturel », argua Marie qui défendait l’idée que ce n’était pas qu’une mère tuât son enfant qui était surprenante mais qu’il n’y en eût pas plus qui le faisaient.

Je m’interroge sur l’accord du verbe faire « qui le faisaient », considérant que son sujet pronom relatif « qui » renvoie à « plus ». Autrement dit, « plus » sujet induit-il un accord singulier ou pluriel ?

Je me tourne directement vers le Grevisse car je peine un peu, dans mes dictionnaires habituels, à trouver où chercher, ignorante que je suis de la forme grammaticale que prend « plus » en ces circonstances. Il ne me semble pas qu’il soit ici adverbe… pas plus que nom… « Adverbes employés comme pronoms » propose Grevisse [§736]. Je fonce !
« La plupart des adverbes de degré qui, suivis de de, servent de déterminants indéfinis (§ 626, a), s’emploient aussi seuls comme des équivalents de pronoms indéfinis (…). » Dans ce cadre, ils peuvent être sujets (et d’autres choses aussi) et amener le singulier ou le pluriel. C’est le cas de « beaucoup » qui s’autorise les deux accords… Mais qu’en est-il de « plus » ? Je ne le trouve pas dans l’emploi que je cherche mais, a priori, il ressemble aux sujets [b)] tel que « beaucoup », « peu », « pas mal » et « combien » au pluriel masculin car « nominaux (désignant des personnes et ordinairement masculins, le féminin étant possible lorsqu’il s’agit exclusivement de femmes). »

J’en conclus donc que mon pluriel se justifiait, ce que me confirmera Antidote une fois que j’aurai trouvé le bon article de sa grammaire.
Mais, après relecture, je change finalement ma formulation et utilise « un plus grand nombre qui » à la place de « plus qui »… C’est une autre manière de régler la question, puisque là, le singulier est obligatoire. C’était bien la peine de se l’être posée. C’est aussi ça, l’écriture, poser une question qui amène à réécrire sa phrase.
Elle sera donc : — Tu sais bien que l’amour maternel n’a rien de « naturel », argua Marie qui défendait l’idée que ce n’était pas qu’une mère tuât son enfant qui était surprenante mais qu’il n’y en eût pas un plus grand nombre qui le fît.


--------------

[*Phrase extraite de Quartier rose, manuscrit, V1 février 2010.


Information publiée le mardi 18 janvier 2011.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.