LexCy(que)

Noir parisien et Parisien noir



Cy Jung — LexCy(que) : Noir parisien et Parisien noir

Ma phrase [*] : Elle ne pouvait pourtant pas s’en défaire et pas même une nouvelle tirade raciste de Jules Poitevin — il tentait désormais d’expliquer à Amalia Dupez que quand même, si tous ces gens étaient Noirs, ce n’était sans doute pas un hasard — n’arriva à lui ôter l’envie de voir la tête du chef de la Troupe de soutien face une vidéo de sa collègue embrassant une femme.

Développement initial (16 février 2011).
Addenda (16 octobre 2013) : Les « noirs » sont-ils des « gentilés » ou des « ethniques » ?

Voir également « Les bleu », article du 18 mai 2017, ici.

La question des majuscules aux noms de peuple, les « gentilés » et les « ethniques », me pose toujours quelques soucis d’application.

Cy Jung — Diadème rose Cy Jung — Caron roseLa règle est la suivante : les noms dérivés d’un nom de lieu qui désignent les habitants de ce lieu prennent la majuscule ; quand il s’agit d’adjectifs, on garde la minuscule.
Exemple de gentilé nom commun avec majuscule : La Parisienne n’était guère convaincue mais elle avait conscience qu’une relation internationale nécessitait quelques compromis culturels. (Diadème rose, 2007, p. 64).
Exemple de gentilé adjectif avec minuscule : Elle parlait avec l’accent vulgaire du titi parisien élevé chez les forts des halles et, visiblement, en maîtrisait parfaitement le vocabulaire. (Carton rose, 2003, p. 25).
Par analogie, le Grevisse [§99] indique que la règle s’applique de manière plus aléatoire aux groupes humains que l’on désigne par la couleur de leur peau (« les Jaunes », « la traite des blanches ») ou par leur appartenance régionale qui ne serait pas directement issue d’un nom propre (« un Provincial », « un transalpin »)

La question se corse quand ce nom est attribut : « Je suis parisienne. »
Grevisse indique que la majuscule est au choix, selon le sens que l’on veut donner. Dans ma phrase, je ne sais pas trop si je veux dire « si tous ces gens avaient la peau noire » ou « si tous ces gens étaient des Noirs » car au final, cela revient au même, ou pas, selon la position politique de chacun. Sans trancher ces questions très difficiles si on les place sur le plan politique, je crois que je ne peux pas écrire « Noir » sans mettre une majuscule quand il s’agit de désigner une personne ; j’aurais l’impression de porter atteinte à sa dignité, de ne pas le reconnaître en tant que personne. J’ai étrangement moins de problèmes avec « Blanc » bien que je mette toujours la majuscule. Le poids de l’histoire, sans doute.
Je garde donc ma majuscule et la privilégierai toujours quand j’utiliserai un gentilé ou assimilé en attribut.

Note : Grevisse indique que les adeptes d’une religion prennent la minuscule (« un musulman », « un chrétien ») avec une indécision sur « juif » selon que l’on souhaite désigner l’appartenance d’une personne au peuple sémite ou le pratiquant de la religion juive, choix de désignation souvent à forte valeur politique. Pour les membres d’une congrégation religieuse, l’usage n’est pas fixé mais on privilégie la minuscule (« un jésuite ») quand pour les membres d’une dynastie la majuscule est de rigueur (« les Carolingiens »).

Je ne résiste pas au plaisir d’ajouter à cet article le commentaire qu’Hélène m’envoie :

« Ton choix de la majuscule s’avère d’autant plus judicieux qu’un sens inusité de l’adjectif « noir » est « ivre », voire « complètement bourré » ! Le mot « griserie » pourrait en être perçu comme une nuance... Le Noir parisien n’est donc pas forcément noir, mais, comme le Blanc, il peut l’être, noir, et au petit blanc !  »

Merci !

Addenda (16 octobre 2013) : Les « noirs » sont-ils des « gentilés » ou des « ethniques » ?

Je m’étais surtout intéressée dans cet article à la question de l’attribut sans interroger cette majuscule aux « gentilés » [**]. et « ethniques ». Quelques échanges personnels m’avaient alertée et je suis tombée sur un article de « Une autre histoire », un site Internet comme sorti de nulle part à l’été 2013 mais dont le contenu est redoutable d’arguments, d’intelligence et de portée politique. Je vous invite donc à lire ce « Pourquoi dans la presse française un noir prend une majuscule ? », ici, avant de revenir à mon propos.

Se référant au Grevisse, cet article indique « la majuscule n’est de règle que lorsqu’un adjectif substantivé désigne une personne en fonction de sa nation (un Français, un Japonais), de son continent (un Africain), de sa ville (un Lyonnais, un Londonien). », déduisant de ceci que « noir » ne rentre pas dans ces cas de figure et que le considérer est une considération purement raciste [***].
La démonstration, ainsi faite, est irréfutable, puisque les « noirs », effectivement, ne sont ni une nation, ni un continent, ni une ville « sauf à considérer que la couleur de la peau d’un individu le ferait d’emblée appartenir à un groupe » nous dit « Une autre histoire ». Quant à savoir s’il est raciste de mettre la majuscule, il semble que le Lexique des règles en usage à l’Imprimerie nationale en fait la démonstration puisque dans son entrée « Nom de peuple », il est clairement indiqué : « Prennent la capitale initiale les noms de peuples, de races et d’habitants employés substantivement. » [****].
On pourrait, d’un point de vue purement politique, défendre l’idée d’un « peuple noir » ; autant alors mettre en valeur le terme « Afro-descendant » comme le suggère ici « Une autre histoire » ? Avec ou sans majuscule ? Oui si l’on considère l’origine géographie ; non si l’on considère que celle-ci n’est pas suffisante pour constituer un « peuple ».

Pour finir, je remarque que le Grevisse [§99 a 3°], au-delà de la règle énoncée par « Une autre histoire », indique clairement que les « noirs » ne sont des « gentilés » que « par analogie » et que « on met souvent la majuscule à des noms qui désignent des groupes humains par exemple par la couleur de la peau (…). » On peut bien sûr contester cet usage mais, en omettant que le Grevisse a effectivement pris acte que l’on pouvait « considérer que la couleur de la peau d’un individu le ferait d’emblée appartenir à un groupe » dans sa démonstration plutôt qu’en le discutant, « Une autre histoire » me porte à cette question : ne peut-on justement pas considérer qu’il existe des groupes humains noirs, blancs ou jaunes sans pour autant considérer que cette couleur de peau fonderait une race ?
Oh ! je sais, je chipote un peu mais je n’aime pas cette retranscription incomplète du Grevisse. Et je dois avouer que je suis partagée. D’un côté, j’entends l’argument selon lequel cette majuscule est un pur produit du racisme ; de l’autre, j’ai d’autant plus envie de la mettre comme revendication politique contre le racisme, pour dire que les « noirs » sont un peuple dont seule la couleur de la peau a scellé le sort. C’est un peu comme quand je vais m’approprier l’injuste « gouine » ou « pédé » comme expression de ma fierté de ce que je suis. Vais-je pour autant y mettre des capitales initiales ? Pas plus qu’à « femme », « lesbienne » ou « albinos » alors qu’il s’agit là d’une appartenance à un « groupe humain » à raison du sexe, de l’orientation sexuelle ou de la mélanine !
Bigre ! me voilà piégée par mes propres réserves. Je n’ai donc plus qu’à laisser tomber la majuscule puisqu’il m’a toujours été évident que l’usage doit se plier à mes engagements politiques et non l’inverse. Que faire alors de mon dernier édito ? Allez, je laisse les majuscules par preuve de la culture raciste dans laquelle j’ai grandi mais je mets une note, tout de même, pour dire que j’ai décidé de m’en affranchir.


--------------

[*Phrase extraite de Quartier rose, manuscrit, V1, mars 2010.

[**« Nom que portent les habitants d’un lieu » dit Antidote.

[***En définition de « raciste ». je vous propose celle-ci, également extraite de « Une autre histoire » : « Le racisme est l’idéologie fondée sur l’affirmation mensongère – formellement démentie par la science – qu’il existerait des « races » humaines, reconnaissables à la couleur de la peau. »

[****Et le Dictionnaire d’orthotypographie enfonce le clou, ici.


Information publiée le mercredi 16 octobre 2013.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.