LexCy(que)

Ne explétif (avec double négation)



Cy Jung — LexCy(que) : Ne explétif

Ma phrase [*] : On ne craint pas qu’il ne s’entartre.

Je sais depuis longtemps, grâce à Pascale on s’en doute, que la proposition amenée par les verbes exprimant la crainte ou le doute se construit avec un « ne explétif ». Je suis d’ailleurs surprise de ne pas retrouver un article du LexCy(que) sur le sujet…

Cy Jung — Es ist eine PouletteJe profite donc de mon souci du jour pour rappeler la règle : le « ne explétif » est un « ne » qui n’exprime pas la négation mais qui sert juste à la construction grammaticale de la proposition amenée par certains verbes, noms ou certaines locutions conjonctives. Il est quoi qu’il arrive facultatif.
Grevisse [§1024] établit la liste de ses usages : avec les verbes exprimant le doute, la négation ou la crainte, après « éviter que », « empêcher que », dans les « propositions corrélatives appelées par un adverbe d’inégalité ou par « meilleur, moindre, pire, autre », dans les constructions avec « s’en falloir », dans « il tient à… que », « Il dépend que… que » ; et avec les propositions conjonctives « avant que », « à moins que » et parfois « sans que ».
Je redis encore que ne pas le mettre n’est jamais une faute ; alors que le mettre abusivement, comme je le fais souvent avec « sans que » peut en être une [**]. Mais, en dépit des nombreuses explications de Pascale, je n’ai jamais compris quand « sans que » l’admettait ou non ; j’ai donc décidé de toujours le mettre ; le « ne explétif » m’est très doux à l’oreille.

J’en reviens à ma question, que je n’ai pas encore posée… Que se passe-t-il dans le cas d’une double négation, c’est-à-dire ici quand le verbe « craindre » est lui déjà construit en forme négative ?
Ma construction en « ne…ne » me paraît pour le coup bien redondante. Antidote accepte les deux formes. Je relis avec attention Grevisse, [§1024 toujours] : « Souvent, dans les propositions dépendant d’un verbe ou d’un nom qui expriment la crainte et qui sont construits sans négation. »…

« Qui sont construits sans négation. » Ma phrase devient donc : On ne craint pas qu’il s’entartre.

Voir aussi sur le « ne explétif » l’article de ce LexCy(que) « Plus que… ne et autres propositions corrélatives ».


--------------

[*Phrase extraite des Feuillets de Cy Jung, V-01 3 avril 2011.

[**Voir sur ce point la critique de Es ist eine Poulette de Hélène de Monferrand.


Information publiée le samedi 28 mai 2011.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.