Les engagements de Cy Jung

Chroniques — Gazoil Magazine



Cy Jung — Gazoil magazine

Feu Gazoil Magazine était un gratuit d’informations culturelles diffusé à Strasbourg, Metz et Nancy qui présente la particularité de disposer d’un supplément lesbien et gay.
De novembre 1999 à décembre 2001, son concepteur et réalisateur, Christophe Rolshausen a offert une tribune libre à Cy Jung qu’elle a mise à profit pour proposer au large lectorat de Gazoil Magazine une image qu’elle souhaite positive et heureuse des lesbiennes.

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes de chacune de ces chroniques.
Si vous souhaitez en lire plus, contactez Cy Jung.


Cy Jung — Le désir homosexuelLi-bé-rez nos ca-ma-rades !
Gazoil Magazine (17), décembre 2001
Il y a trente ans — ou presque — naissait le Fhar ou Front homosexuel d’action révolutionnaire. Action révolutionnaire… Quel drôle de nom ? Pourquoi pas subversion ou agitation antitotalitaire ? Cela eut pu, mais l’époque était au révolutionnaire, considérant que Mai 68 avait raté le coche et qu’il était grand temps que les pédégouines déploient leurs ailes et fassent enfin mouche… du coche, service rendu en plus, évidemment. (…)

Cy Jung — Gazoil (16)
Maman, j’ai quelque chose à te dire...

Gazoil Magazine (16), novembre 2001
Combien sommes-nous à avoir ruminé cette phrase couvant l’espoir qu’elle serait le sésame qui nous permettrait d’ouvrir la porte du non-dit sans trop de casse ? Nous sommes sans doute nombreux tant l’envie est grande de dire à maman — ou à papa, ou à tonton, ou à l’un de nos proches — que nous sommes homosexuels, heureux ainsi, que la chose est irréversible et qu’il serait donc vain de tenter de nous en dissuader. (…)


Cy Jung — Gazoil (15)Butch toujours
Gazoil Magazine (15), octobre 2001
Je suis une butch, autant le dire d’emblée. Mais une fois cette affirmation lancée, je me sens vite coincée entre ce que je ressens de cette autodénomination et ce que l’absence de définition réelle de ce mot engendre de malentendus. Mâle entendu, le terme est lâché ! Une butch, si j’en crois les critères morpho-comportementaux en usage, serait une lesbienne qui s’assoit jambes écartées, boit sa bière à la bouteille, appelle sa dulcinée « Chérie » et se fringue dans les surplus militaires ou dans les magasins de sportwears. (…)

Cy Jung — Gazoil (14)Sur le chemin de l’école
Gazoil Magazine (14), septembre 2001
C’est la rentrée. Il est temps de ranger nos sacs de plage, de cirer nos cartables et de courir acheter des fournitures qui sentent bon le neuf. Qui sera notre maîtresse ? Serons-nous dans la même classe que nos camarades de l’an passé ? Que d’angoisses ! Ah ! l’école… Fantasme. Je me souviens avec grand émoi des facéties de Claudine et de sa découverte des amours de Mademoiselle Sergent. Je rêve un instant de partager les romances des jeunes filles en uniforme, oublieuse de leur fin tragique. Devant mes yeux défilent les images de tous ces récits où enseignantes et écolières mêlent leurs sentiments entre des amitiés presque particulières et des amours ouvertement lesbiens. Mais pourquoi l’Éducation nationale a renoncé à nos écoles de filles ? (…)

Cy Jung — Gazoil (13) Cy Jung — Cul nu, courts érotiquesUn coup de pied au cul du conformisme, par Isabelle Thézé
Gazoil Magazine (13), juillet-août 2001
À l’occasion de la sortie de Cul nu, courts érotiques, Cy Jung a laissé l’espace de sa chronique à Isabelle Thézé, auteure de l’introduction de ce recueil, pour une chronique sur la dimension politique de l’écriture érotique.
Voici le début de ce texte.

Si les textes peuvent jouer une influence sur les conceptions politiques d’un groupe social, cela est-il possible pour des textes érotiques ? Oh ! oui, les textes érotiques peuvent et doivent avoir leur place dans le discours de construction de l’identité de certains groupes que ce soient les lesbiennes, les gays ou les femmes. Encore faut-il avoir envie de leur laisser cette place… Or, le moins que l’on puisse dire est que les écrits sur la sexualité féminine ont été majoritairement été étouffés dans leurs velléités contestataires. Le schéma hétérosexuel dominant a toujours valorisé la puissance mâle vis-à-vis de la faiblesse femelle. Les femmes ont été au pire réduites à des poules pondeuses, au mieux à des poules de luxe.

Cy Jung — Gazoil (12)À la soupe !
Gazoil Magazine (12), juin 2001
C’est le printemps. Les jours se rallongent, les cerisiers sont en fleur mais une pluie glaciale transperce les os des intrépides piétons. Brrr… Rien qu’à l’idée d’affronter la bise, je frissonne et me ravise : non, je ne sortirai pas ce soir ; je resterai calfeutrée sous ma couette, une soupe maison en bouche — poireaux, navets, carottes, choux, marrons, lard et pommes de terre —, les yeux rivés sur le tube cathodique. Ah ! la télé, lucarne magique qui nous divertit, nous informe, nous montre… Qui, « nous » ? Vous, moi, c’est-à-dire la masse intangible des téléspectateurs qui, passée à la moulinette des intérêts commerciaux des chaînes, se transforme en audimat. (…)

Cy Jung — Gazoil (11)La cerise dans la forêt noire
Gazoil Magazine (11), avril 2001
Quand je pensais à Strasbourg, jusqu’au 15 février dernier, mon inconscient me renvoyait des images de bretzel, de bière, de Parlement et de belles Alsaciennes. Désormais, en lieu et place des Alsaciennes, je rêverai de crème fouettée et de génoise au chocolat, la dent aux aguets tant la cerise imbibée de kirsch est essentielle à ce gâteau.
Les premières à m’accueillir lors de ma venue furent deux associations : La Lune et Émergence. On m’avait prédit des lesbiennes frustres : c’était bien mal connaître leurs adhérentes, légères, sucrées juste ce qu’il faut, immaculées autant que gourmandes face au thème de notre débat, "Sexualité, stéréotypes". Et si ces crèmes que j’ai eu le plaisir de rencontrer méritent le fouet, c’est bien parce que, à Strasbourg comme ailleurs, l’envie d’une petite fessée coquine n’est pas si incongrue qu’il pourrait y paraître. (…)

Cy Jung — Es ist eine Poulette
Interview — Es ist eine Poulette

Gazoil Magazine (10), janvier 2001
À l’occasion de la sortie de Es ist eine Poulette, roman lesbien, la chronique de Cy Jung s’est transformée en Interview bilingue.
À découvrir

Cy Jung — Gazoil (09)Les chaussettes de l’archiduchesse
Gazoil Magazine (9), octobre 2000
Après plusieurs jours d’atermoiements et de textes non aboutis, je me vois dans l’obligation de vous faire la plus atroce des confidences : je sèche. Sombre constat. J’ai la haine. Oh ! pas une haine méchante, rien qui pourrait me pousser à commettre l’irréparable, juste un insupportable sentiment d’impuissance qui me mine et, sauf à l’exprimer clairement, est de nature à me pourrir la vie et, d’échec en échec, à rendre le sursaut à chaque fois plus difficile. (…)


Cy Jung — Gazoil (08)Dire mai toute l’année !
Gazoil Magazine (8), septembre 2000.
Septembre se nomme le mai de l’automne et comme chacun le sait, En mai, fait ce qu’il te plaît ! La rentée mérite bien une telle juxtaposition de dictons, un petit retour en arrière pour fredonner "Ah ! Le joli mois de mai…", ses week-ends à rallonge, ses touffeurs estivales, ses terrasses bondées, ses appels à l’amour, ses invitations à la fierté… (…)

Cy Jung — Gazoil (07)Blagues à part... Bruxelles
Gazoil Magazine (7), mai 2000
Prise de l’envie de quelques jours de détente mais incapable de me plaire ailleurs que dans un grand centre urbain, c’est sur Bruxelles que je jetais mon dévolu, sa bière, ses frites, ses moules, son chocolat et ses gaufres liégeoises… Tout un programme ! Boire la Gueuse jusqu’à la lie… Éplucher les patates à l’économe… Brosser les coquilles, ébarber, saisir à feu vif… Croquer une praline… Lécher le sucre qui colle aux doigts… Ah ! Bruxelles… Belgique. Que de promesses ! Que de railleries, de fous rires attendus, de grivoiseries qui pétillent sur la langue imbibée de houblon, de mauvaises blagues qui scintillent comme autoroutes de Wallonie et de Flandre et tracent des guirlandes visibles de la Lune. Mettre pied à terre, à Bruxelles, et glisser sur les pavés mouillés. (…)


Cy Jung — Gazoil (06)Que la Pest soit de l’amour !
Gazoil Magazine (6), février 2000
L’amour. Ah ! L’amour… Que ne ferions-nous pas pour le vivre ? Que d’énergie, de stratagèmes, de renoncements nous dépensons avec l’espoir de rencontrer celle à qui l’on va dire Je t’aime, pour la vie de préférence, comme si la vie était une durée avant d’être un état, l’état d’en-vie, justement… Envie de quoi, de qui, d’une relation suprême, crémeuse et suave avec une créature de rêve, exact portrait du nec plus ultra ? Il n’y a pas de doute à avoir, c’est cela que nous appelons haut et fort de nos vœux, afin que tout le monde l’entende, et surtout ce satané réseau d’hormones et de fantasmes, celui qui gouverne nos envies les moins avouables. Pensez donc ! (…)

Note : La Pest ou Panne érotique saphique terminale est le titre d’un court-métrage qui traite avec beaucoup d’humour et d’intelligence de la chute du désir au sein des couples institués.

Cy Jung — Gazoil (05)Tout ça n’vaut pas...
Gazoil Magazine (5), décembre 1999.
Une fois l’an, au milieu de l’automne, les lesbiennes se retrouvent au Kremlin-Bicêtre près de Paris pour se faire du cinéma. Il ne faudrait pas gloser sur cette expression et en déduire qu’elles sont plus capricieuses que la moyenne des femmes, ni que la Toussaint exacerbe leurs fantasmes — quoique… — car ces retrouvailles ont réellement quelque chose à voir avec le septième art : cette année, soixante-quinze films venus de treize pays ont été projetés cinq jours durant devant près de deux mille femmes de France et d’ailleurs au cours de ce Festival qui demeure l’incontournable événement culturel et unitif des lesbiennes francophones et francophiles. C’est à l’association Cineffable que l’on doit depuis onze ans que se renouvelle ce précieux rendez-vous, véritable petit miracle d’organisation où se mêlent joyeusement courts et longs métrages, télévision lesbienne, débats, expositions, concerts, soirée dansante, séances de dédicace, stands associatifs et commerciaux. (…)

Cy Jung — Gazoil (04)Pour un techno-baiser place des Vosges...
Gazoil Magazine (4), novembre 1999
Quel est l’événement incontournable de la rentrée quand on est un oiseau de nuit friand de folles soirées ? La nocturne des hypers où les familles, caddies contre caddies, se bousculent au rayon des fournitures scolaires ? Pourquoi pas, c’est un bon moyen d’en oublier tout désir d’enfant. Mais il y a manifestation plus in : la Technoparade, ce grand défilé importé de Berlin qui a des allures de Lesbian and Gay Pride d’automne. J’y courrais donc, accompagnée d’une bonne copine, non pas que j’aie à ce jour réussi à saisir toutes les subtilités de ce genre musical, mais investir la rue avec des homos en grand nombre est de ces réjouissances dont je ne me lasse pas. (…)

Information publiée le lundi 31 décembre 2001.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.