LexCy(que)

Quelque



Cy Jung — LexCy(que) : Quelque

Ma phrase [*] : Cela tombe bien car là où l’on est, on craint de ne plus jamais croiser personne, à part quelque fantôme ou quelque divinité.

D’emblée, j’ai une envie de laisser au singulier « quelque fantôme » et « quelque divinité », car il ne s’agissait de « quelques-uns » mais plus de fantôme et de divinité quelconques.

Je cherche d’abord dans la grammaire d’Antidote ; celle du Grevisse fait tant de propositions sur le statut grammatical de « quelque » que je m’y perds un peu.
J’y apprends d’abord que « quelque » peut être adverbe (donc invariable), notamment quand il est placé devant un nombre pour signifier « environ ». « Quelque » est également adverbe dans les propositions concessives [**] où il signifie « si » dans une construction soutenue. Cela pourra surprendre, mais il reste alors invariable même si le reste de la proposition de concession est au pluriel.
Antidote me confirme aussi que « quelque » s’accorde en nombre quand il occupe une fonction de déterminant et indique une quantité imprécise. On peut considérer que ce pourrait être le cas dans ma phrase et que je pourrais très logiquement écrire « quelques fantômes ou quelques divinités ». C’est dans ce point de sa grammaire qu’Antidote indique un « emploi soutenu au singulier ».
Enfin, « quelque » peut également être adjectif quand un déterminant le précède (et ne peut être ainsi remplacé par « certains »). Dans ce cas, bien sûr, il s’accorde.

Je me tourne vers le Grevisse maintenant que je sais que « quelque » est dans ma phrase déterminant.
D’emblée [§632], il indique que « quelque » peut se trouver au singulier en langage littéraire [a)] avant de réserver le pluriel à la « langue générale » [b)]. Il précise que cet usage au singulier se fait avec des éléments nombrables « pour marquer une identification imprécise » ou avec des éléments non nombrables « pour indiquer une petite quantité imprécise ».

Me voilà donc totalement rassurée. Mes fantômes et divinités, bien que nombrables, ne sont en effet pas véritablement identifiés et, deuxième argument, ne fais-je pas (quand même) un peu de littérature ?

Notes.
* « Quelque temps » : « quelque » reste invariable.


--------------

[*Phrase extraite des Feuillets de Cy Jung, « V03-16 septembre 2011 », 16 septembre 2011.

[**« Une proposition adverbiale de concession (…) s’emploie lorsque deux faits, l’un exprimé par le verbe de la proposition principale et l’autre exprimé par le verbe de la proposition subordonnée, auraient logiquement dû produire un résultat donné, mais que ce résultat n’a pas eu lieu. » Antidote.


Information publiée le mercredi 28 septembre 2011.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.