LexCy(que)

Priorité dans les sujets



Cy Jung — LexCy !que) Priorité dans les sujets

Ma phrase [*] : C’est toi ou moi qui as… qui ai… la tondeuse ?

Au départ, tout est simple : dans la proposition relative introduite par « qui », le verbe s’accorde avec ce que « qui » représente. Je le dis comme je l’applique, je vous renvoie à vos grammaires pour des formulations plus académiques. Cette règle simple est en général appliquée automatiquement. Cela se complique parfois quand ce à quoi renvoie « qui » sont des pronoms personnels. Tout en connaissant la règle, à l’oral notamment, on zappe souvent un « C’est moi qui vais… » au profit d’un fort malheureux « C’est moi qui va… ». Ce n’est qu’un exemple.
Ma phrase, si elle avait eu un seul sujet, était facile à construire : « C’est toi qui as la tondeuse ? » ou « C’est moi qui ai la tondeuse ? » Mais là… Il y a deux sujets reliés par « ou », dans un contexte où les sujets s’excluent l’un l’autre : le verbe s’accorde au singulier et non au pluriel ce qui aurait été le cas si ma phrase avait été « Qu’importe si c’est toi ou moi qui avons la tendance… », « qui » renvoyait à la somme de « toi ou moi », et le transformait en « nous ».
Mes deux sujets qui s’excluent, donc… S’ils avaient été « C’est Paul ou Jacques qui a la tondeuse ? », on n’y aurait vu que du feu, les deux étant à la troisième personne du singulier. J’ai cru un instant en lisant l’article d’Antidote « Pronom relatif qui, sujet : accord du verbe » que j’allais avoir la réponse à ma question dans le long point consacré aux accords particuliers quand l’antécédent est attribut du sujet. Globalement, cela correspond à ce que je sais ; j’apprends juste que dans certains cas, l’accord peut se faire avec l’attribut ou le sujet ; mais ma construction n’y est pas, ne serait-ce que parce que c’est une phrase interrogative.
Alors ?

Le plus compliqué, dans ce genre de question, est d’arriver à la poser pour trouver une réponse. Je me tourne vers la Banque de dépannage linguistique et commence à regarder les notices relatives à « ou » ; une est consacrée à l’accord du sujet. En toute fin, je trouve ceci : « Le verbe s’accorde en personne avec celle qui a la priorité : la première personne l’emporte sur la deuxième et la troisième, et la deuxième personne, sur la troisième. Exemple : Moi ou mon mari pourrons vous aider à déménager. »
J’ignorais totalement cette notion de « priorité » dans les personnes. Cela indiquerait que, dans ma phrase, j’accorde sur « je ». Il me faut creuser cela. Je trouve dans la notice de la grammaire d’Antidote un point sur l’« accord en personne » qui reprend cette notion de priorité dans le cas d’un accord pluriel de deux sujets réunis par une conjonction de coordination. Si ma phrase avait été « Toi et moi possédons une tondeuse. », la pluralité de sujet impose le pluriel, et ce pluriel est la 1ère personne du pluriel, « moi » ayant la priorité (grammaticale) sur toi et non, comme je l’ai pensé, parce que « toi et moi » formerait « nous » (ce qui correspond à ma conception du couple amoureux, j’en suis ravie).
Ma phrase aurait donc dû être : « C’est toi ou moi qui ai la tondeuse ? » Il ne me semble pas nécessaire de creuser plus avant, sauf si vous avez quelque chose à ajouter.


--------------

[*Échange privé.


Information publiée le vendredi 19 mars 2021.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles